Paroisse St-Dominique-du-Rosaire (Cloche.11)

L'église Saint-Dominique-du-Rosaire

Le terrain pour l’église a été donné par M. Jean-Baptiste Poirier en 1935. Sous l’habile direction du prêtre Raoul Lanthier, l’église a été construite en même temps que le presbytère de 1937 à 1939 et le tout par corvées.

La première messe dans l’église a eu lieu le 1er octobre 1937 alors que l’église n’était pas encore chauffée. Le 22 juin 1942 commença la construction toujours par corvée, de la cave de l’église afin d’y ajouter une salle communautaire dont l’ouverture officielle s'est tenue le 15 novembre 1942. Aujourd’hui, le sous-sol abrite la bibliothèque, le bureau municipal, le bureau de l’infirmière et une salle multifonctionnelle.

Photo : Jonathan Levert

Vue 360° de l'intérieur de l'église Saint-Dominique-du-Rosaire

Dans l'application mobile, appuyez sur l'image et obtenez une vue exceptionnelle. Cette expérience virtuelle vous permet de découvrir les lieux en 360° pendant que vous pivotez sur vous-même.

La découverte 360° peut aussi se faire sur le web en sélectionnant l'image, puis en déplaçant la photo 360° à l’aide la souris ou du touché sur l'écran.

Crédit photo : Jonathan Levert

Croix de chemin

La croix de chemin de Saint-Dominique-du-Rosaire est située à l’entrée du Chemin Lavoie Ouest. Construite par un citoyen en 1978 (environ), elle a été érigée pour des raisons personnelles et est aujourd’hui entretenue par M. Marcel Roy et M. Raymond St-Pierre.

À l’origine ces croix monumentales servaient à christianiser un lieu. En plus de leurs usages religieux, elles servaient de guide et de protection. Les voyageurs pouvaient l’utiliser comme point de repère lorsque le croisement était sous la neige. Au Québec on en compte plus de 3 000.

Description : Croix de bois recouverte de tôle blanche, figuration en noir et rouge axe ornementé.
Axe : Cœur et étoile à 8 pointes.
Hampe : INRI, niche contenant une statuette du Sacré-Cœur.

Photo : Jonathan Levert

L'abbé Benoit Rousseau

L'abbé Rousseau avait à cœur le bien-être de ses paroissiens. Chaque famille était visitée au moins une fois par année. Il allait même visiter les familles parties en Ontario pour cueillir des tomates. C'était une fête pour eux de recevoir M. le Curé. Il partait avec un chauffeur, l'épouse du chauffeur et les religieuses de la paroisse pour une fin de semaine chez nos cueilleurs de tomates.

L’abbé Rousseau a travaillé sur plusieurs dossiers comme : le projet d’aqueduc, la salle municipale, il a mis sur pieds ou remis en marche le comité des loisirs, le comité municipal des citoyens, le retour de l’équipe de religieuses pour l’animation pastorale, etc…


Photo : Collection privée - Municipalité de Saint-Dominique-du-Rosaire

L'abbé Rousseau - Anecdote

Un soir de messe de minuit à Saint-Dominique du Rosaire, M. le Curé semblait en retard. On a appris plus tard la raison!

Puisqu’il habitait à Saint-Félix, il devait faire la route et en chemin, il s’était fait arrêter par la police. Celle-ci ne voulant pas le laisser partir, et ce, même si M. le Curé tentait de lui expliquer qu'il était en retard et qu'il était le Curé de Saint-Dominique, il devait le prouver. Alors il a demandé aux policiers de le suivre, ce qu'ils ont fait. À Saint-Dominique, le président de la Fabrique était dehors et attendait notre curé. La police l'a donc laissé partir...

Enfin, bien des faits cocasses pourraient être racontés sur notre bon curé Rousseau, mais un fait demeure, c'était un être fonceur, généreux et dévoué.

L’abbé Raoul Lanthier

C’est sous l’habile direction de ce prêtre dévoué et taquin que la paroisse s’organisait dans tous les secteurs. Après la construction de l'église, sont arrivés les mouvements de la paroisse :

En 1941, les Dames de Sainte-Anne
En 1942, les Enfants de Marie et la Ligue du Sacré-Cœur

M. le curé a aussi fait construire quatre écoles dont il a eu la responsabilité pendant quelques années.

Le 15 juillet 1951, le chagrin dans l’âme, M. le Curé Lanthier forcé par la maladie a dû quitter la paroisse pour l’Hôtel Dieu d’Amos où il a été aumônier de 1951 à 1954. Le 3 avril 1955, âgé seulement de 58 ans, il est décédé à Gatineau.

Référence : Livre du 50e de St-Dominique-du-Rosaire, 1924-1974
Photo: Collection privée - Municipalité de St-Dominique-du-Rosaire
 

Chanoine Agenor Langlais 1951-1966 - Anecdote

Le curé fondateur de Barraute est venu à Saint-Dominique du Rosaire en 1951. C'est surtout de l'homme que la paroisse se rappellera, un homme extraordinaire, un homme de petite taille, mais si grand de sa personne.

Les gens éprouvaient même une confiance aveugle en la guérison lorsque le chanoine était présent. Le bruit courait que le curé Langlais avait le don d'arrêter le feu, le sang; et la femme enceinte l'invoquait dans ses douleurs.

Homme au coeur généreux, il faisait passer son prochain avant tout.

Photo : SHA - Fonds Studio Morasse / H. Dudemaine
 

L’abbé Donald Larochelle

L’abbé Larochelle a desservi la paroisse pendant la maladie de M. le Curé Langlais en 1965-1966, et de la mort de M. Langlais jusqu’à l’arrivée de M. Parizeau en 1966.

Photo : Collection privée - Municipalité de Saint-Dominique-du-Rosaire

 

L'abbé Ernest Parizeau 1966-1970

De 1966 à 1970, l'abbé Parizeau se dépensait à St-Dominique-du-Rosaire, tout en continuant à enseigner à Amos. Avec un confrère, il a réussi à installer les magnifiques verrières de l’église, qu’il a disposé de ses mains et de son argent. En 1970, il a dû retourner enseigner à temps plein au Séminaire d’Amos.

Photo : Collection privée - Municipalité de Saint-Dominique-du-Rosaire

Les religieuses

En 1954, on a bâti le premier couvent au village qu'on agrandissait en 1958. Cette école était sous la direction des Soeurs des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie de Senneterre, dont Sr. Marie-Paule et Sr. Marie-Gabrielle.

Cette construction a mené à la fermeture de toutes les écoles des Rangs, où un transport devait être organisé afin de regrouper tous les élèves de l’élémentaire au village. Un autre transport amenait ceux du secondaire à Amos.

Référence : Livre de 50e de St-Dominique-du-Rosaire
Photo : Collection privée - Municipalité de St-Dominique-du-Rosaire

Faits divers

Quelques faits divers...

• Le premier baptême inscrit dans le registre de la paroisse (Saint-Dominique-du-Rosaire) est celui de : Arthur-Jean-Baptiste Nish, 55 ans presbytérien converti au Catholicisme.

• Le premier adulte de la paroisse à décéder est, M. Robert Ricard, le 28 mars 1936, père de M. Georges Ricard, décédé à l’âge de 93 ans. (1re sépulture). M. Louis-Philippe Ducharme l’a enseveli, la tombe a été faite par M. François-Xavier Gagné.

• Le premier mariage de paroissiens de Saint-Dominique-du-Rosaire (mariages inscrits au registre de Saint-Félix) sont ceux de M. Roméo Lavoie et Mlle Dolorès Dagenais, le 26 août 1931 et de M. Liguori Ricard et de Mlle Philomène Lavoie.

• Selon les meilleurs renseignements reçus, le premier mariage de la colonie 8 est celui de M. Conrad Bernier et d’Estelle Ducharme, le 4 juillet 1936.

• Le terrain pour l’église a été donné par M. Jean-Baptiste Poirier en 1935.

• Le terrain pour le nouveau cimetière a été donné par M. Jean-Baptiste Vaillancourt et Louis Godbout en 1945 et 1948.

• Le 28 février 1954, le feu ravage le presbytère.

• La paroisse fut officiellement reconnue par l’Évêché en 1948, les marguilliers de l’époque étaient : Messieurs Jean Galbrant, Joseph Audet, Roch Boire, Albert Hétu, Gaston Labrecque et Lucien Siguoin.


Référence : Livre du 50e Saint-Dominique-du-Rosaire

La cloche

La cloche de l’église a été donnée et payée par les colons en 1941. Elle coûtait alors 375 $. Le nom qui lui a été attribué est celui d'Aldée Desmarais, en l’honneur du premier évêque.

Ses parrains sont : M. Mme Joseph Audet, M. Mme Roch Boire, M. Mme Gaston Labrecque, M. Mme Jean Galbrand, M. Mme Adjutor Blais, M. Mme Napoléon Michaud, M. Mme Jean-Baptiste Poirier, M. Mme Émile St-Laurent, M. Mme Roland Ferron, M. Ernest Boulet et sa fille Amarilda.

En novembre 1941, la cloche a été installée sur un clocher temporaire.

Référence : Le livre du 50e de St-Dominique-du-Rosaire
Photo : Collection privée - Municipalité de St-Dominique-du-Rosaire

Sr Huguette Dupuis

Sœur Huguette Dupuis fait partie des Sœurs des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie depuis 1956.  Au début de sa carrière, elle s'est dévouée à l’enseignement pendant 6 ans.  Le 5 septembre 1962, l’aventure l’attendait alors qu'elle partait en mission à Madagascar où elle est restée pendant 13 ans, obligée par la mission.

Elle a même dû avec ses compagnes, passer à travers un feu de brousse avec leur véhicule.  Le courage de ces femmes pour aider les autres et faire connaître la parole de Dieu était plus fort que tout, même au péril de leur propre vie. 

Au retour de Sr Huguette au Québec, ce sont les paroissiens de St-Dominique-du-Rosaire qui ont profité de ses compétences et de son soutien.  Elle s’occupait de l’administration, donnait des cours de préparation au baptême, animait un groupe de Nouvelle Évangélisation, était présente aux célébrations à l’église et bien plus encore. 

En 1989, les Srs des Sacrés-Cœurs de Jésus et de Marie d’Amos lui ont demandé de travailler pour elles à l’administration et depuis ce temps, elle comble toujours ces deux postes…  Depuis plus de quarante ans elle est toujours aussi active auprès de sa communauté et la population de St-Dominique-du-Rosaire est très attachée à cette femme engagée et dévouée.
 

Extrait de
Circuit du patrimoine religieux et spirituel

Circuit du patrimoine religieux et spirituel image circuit

Présenté par : Ville d'Amos (Tourisme Amos-Harricana)

Directions pour me rendre

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.