Paroisse Christ-Roi, Amos (Cloche.16)

L'église du Christ-Roi

L'église du Christ-Roi a été construite en 1955 par la firme d'architectes Robillard, Jetté et Baudoin.

Vue 360° de l'intérieur de l'église Christ-Roi

Dans l'application mobile, appuyez sur l'image et obtenez une vue exceptionnelle. Cette expérience virtuelle vous permet de découvrir les lieux en 360° pendant que vous pivotez sur vous-même.

La découverte 360° peut aussi se faire sur le web en sélectionnant l'image, puis en déplaçant la photo 360° à l’aide la souris ou du touché sur l'écran.

Crédit photo : Jonathan Levert

Représentation artistique dans l'église

Les lignes paraboliques enserrent le long clocher qui semble ainsi aspirer tout le bâtiment vers cet infini qu’il a mission de pointer au regard des hommes de bonne volonté. Toute l’église fait corps dans cet élan qui culmine dans une intense aura d’une incandescence violacée répondant à une lumière bleutée source diffuse d’une intime clarté. Juste à côté, un arbre dénudé multiplie sans retenue les arabesques en une élégante révérence.

Photo : Église Christ-Roi
Artiste Claude Ferron (2005)
Huile 51 cm x 41 cm

Extrait du texte de Pierre Tremblay tiré d’une édition du périodique « Les églises abitibiennes ».

L'orgue du Christ-Roi

La paroisse du Christ-Roi possède un orgue unique en son genre dans la région. En fait, c'est le seul orgue classique à traction mécanique du Nord-Ouest québécois. C'est d’ailleurs sur un instrument de ce type que Jean-Sébastien Bach interprétait ses œuvres.
Pesant trois tonnes et demie, cet orgue possède notamment 1 350 tuyaux et 20 jeux de timbres différents. Harmonisé selon l'acoustique de l'église, il se caractérise surtout par la qualité surprenante du son qu'il produit.

Références : L'Écho, édition du mercredi 28 mars 1973

Photo : Jonathan Levert

Croix lumineuse

En 1964, une famille de pionniers a fait un généreux don de 50,00 $ pour l’achat d’un second corpus c’est-à-dire, la représentation du corps du Christ élevé sur la croix. Son coût, transport compris, était de 355,80 $. Comme le calvaire était installé et complètement payé, il était louable de penser à l’achat d’un deuxième corpus qui veillerait sur l’autre côté de la paroisse. Malgré le don des pionniers, le coût de cet achat a entraîné une dette de 305,80 $.

Le dimanche 26 avril 1964, une soirée organisée par les Dames de Sainte-Anne s'est tenue pour aider au financement du projet. L’idée de l’élévation d’un calvaire au point sommet de la paroisse visait à commémorer le Cinquantenaire d’Amos, le Congrès eucharistique et le 10e anniversaire de la paroisse. Cette soirée a rapporté une somme de 189,00 $ et les dons se sont élevés à 60,00 $.

Malgré la dette, le projet est allé de l’avant et le soir du 1er vendredi du mois de Marie en 1965, la dernière offrande pour en défrayer le coût est arrivée et le deuxième Corpus a pu être installé. Ce Calvaire est demeuré le plus beau souvenir du 10e anniversaire de la fondation de la paroisse (1954-1964). La croix avec ses deux corpus solidement plantée dans le roc à l’entrée de la paroisse est devenue emblème de protection des deux côtés du rang grâce aux bougies électriques illuminées pendant la nuit.

Photo : Jonathan Levert
 

Les cloches

C’est le 8 décembre 1955 lors de la Fête de l’Immaculée-Conception qu’a eu lieu la Bénédiction des cloches par Mgr Alphonse Lafrenière, P.D., Supérieur du Séminaire d’Amos.

Ces cloches viennent de la compagnie Paccard d’Annecy (France). Chaque cloche présente deux faces sur lesquelles sont gravés : Son nom, la Dédicace, le Parrain et la Marraine, les Motifs et l’Hommage paroissial ainsi que la date de l’année (1955).

Identification des cloches

La première cloche s’appelle Pierre, la solennelle et a pour vertu la foi. Le texte évangélique est : « Je te dis Pierre, le coq ne chantera pas aujourd'hui que tu ne m'aies renié trois fois. J'ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille point. » Elle pèse 2 469 livres et donne comme note le mi. Elle a pour parrain et marraine M. Thomas Fortin et son épouse, Mme Germaine Collin.

La deuxième cloche s’appelle Madeleine et représente la charité. Le texte évangélique gravé sur cette cloche est : « Le Maître est là qui t'appelle. Ses nombreux péchés lui seront pardonnés parce qu'elle a beaucoup aimé. » C’est elle qui sonne l’Angelus. Elle pèse 1 520 livres et carillonne le sol. Son parrain et sa marraine sont M. Germain Samson et son épouse Mme Mignonne Rochon.

La troisième cloche qui représente l’Espérance s’appelle Dismas et donne la note la. Le texte évangélique gravé sur cette cloche est : « Le Maître est là qui t'appelle. Ses nombreux péchés lui seront pardonnés parce qu'elle a beaucoup aimé. » Elle pèse 1 076 livres. Son parrain et sa marraine sont M. Benoît Deshaies et son épouse Mme Antoinette Larivière.


Photo : Fabrique Christ-Roi

Fédération des Gardes Paroissiales

Saviez-vous que la Fédération des Gardes Paroissiales a été fondée en 1939 par Son Éminence le cardinal Villeneuve. En 25 ans, la Fédération est passée de 16 gardes à 114 gardes réparties dans 14 diocèses. En 1965, l’effectif global des membres s’était établi à 4 500. La Garde Champlain de Québec est la plus vieille avec plus de 90 ans d’existence. Celle du Christ-Roi est la plus jeune.

La Garde Paroissiale


Les Gardes Paroissiales servent la cause de l’Église et leur discipline symbolise celle qui doit être intérieure en chacun pour être fidèles à la grâce du baptême.

En novembre 1964, c’était tout un régiment de chrétiens et de citoyens responsables groupant 4 500 membres actifs au service de 155 paroisses. La Garde Paroissiale du Christ-Roi tenait régulièrement des activités le lundi soir à 19 h 30.

En décembre 1964, le commandant en chef, Colonel Gaston Clermont, a déclaré que la Garde avait pour objet d'établir et d'entretenir des relations amicales entre les jeunes canadiens-français catholiques, de former de bons citoyens, les divertir par des exercices et des sorties militaires, de rehausser l'état des fêtes patriotiques et religieuses de la paroisse, de favoriser le développement rationnel physique et moral de ses membres.

En mars 1965, la Garde paroissiale comptait une équipe assez imposante constituée de 23 membres actifs qui assistaient régulièrement à leur réunion hebdomadaire.

En mai 1965, la Garde Paroissiale s’organisait et une autre étape venait d’être franchie : le choix de l’uniforme a été fait en date du 19 avril.

Sur la photo : Jean-Guy Paré, Henri Thomas, Fernand Leclerc, Hervé Bilodeau, Odilon Boutin, Dollard Larochelle, Gérard Langlois, Germain Boyer, Carmel Caron et Yves Trudel

Bénédiction de la pierre angulaire

Le vingt-trois octobre mil neuf cent cinquante-cinq, nous soussignés, prêtre-Chanoine, Chancelier Épiscopal, dûment délégué à cet effet, en présence de Monsieur l'Abbé Odilon Boutin, curé-fondateur de cette paroisse et de son vicaire Monsieur l'Abbé Jean-Paul Desgroseillers, de Messieurs  Antonio Simard, Benoit W. Marcotte, J.-E. Therrien, Raymond Marcotte et J.-A. Tanguay, Syndics; et de Messieurs Raoul Duchesne, Benoit W. Marcotte, Léopold Brochu, J.-A. Tanguay, Xavier Thibault, J.-E. Therrien, Antonio Paquet, Henri Bolduc, Marguilliers, et de nombreux visiteurs et paroissiens, avons béni et imposé la Première Pierre de l'Église Christ-Roi.

En foi de quoi, nous avons signé le présent document les mêmes jour, mois et an que dessus.

Chanoine Gaston Duchemin


Photo : 
Archives - Paroisse Christ-Roi
 

Bénédiction du carillon

L'an mil neuf cent cinquante-cinq, le huitième jour du mois de décembre, en la fête de l'Immaculée-Conception de la bienheureuse Vierge Marie, en présence du Curé de la paroisse, M. l'abbé Odilon Boutin et d'un nombreux clergé ainsi que d'un grand concours de fidèles de la paroisse et des paroisses avoisinantes, Mgr Alphonse Lafrenière, P. D., Supérieur du Séminaire, délégué de Son Excellence Mgr J.-A. Desmarais, Évêque d'Amos, a béni solennellement les trois cloches de l'église et leur a imposé les noms de Saint-Pierre, Sainte Marie-Madeleine et de Saint-Dismas (le bon Larron). Les parrains et marraines ont été respectivement M. Mme Thomas Fortin, Germain Samson et Benoit Deshaies. En foi de quoi ont signé le présent procès-verbal.

Alphonse Lafrenière, P. D.


Photo :
SHA - Fonds Société d'histoire d'Amos

Bénédiction de l'église

Le dix-huitième jour du mois de décembre de l'an de Notre-Seigneur, mil neuf cent cinquante-cinq, nous, soussigné, Évêque d'Amos, avons béni avec les solennités prescrites, l'Église du Christ-Roi d'Amos. Elle est bâtie en pierre; les dimensions extérieures en sont de 120 pieds de long par 85 de large; la hauteur extérieure est de 36 pieds, intérieure de 29 1/2 pieds; les dimensions du sanctuaire: hauteur 27 1/2 pieds, largeur 54 pieds, profondeur 20; le clocher mesure 113 pieds de hauteur à partir du niveau de la rue.

Le presbytère est relié à l'église par un couloir qui contient le baptistère, la voûte et les bureaux paroissiaux et mesure 50 pieds de longueur par 30 de largeur. Les architectes de la construction ont été Robillard, Jetté et Beaudoin de Montréal. Les entrepreneurs ont été les Syndics paroissiaux dont voici les noms: Antonio Simard, Benoit W. Marcotte, Raymond Marcotte, J.-E. Therrien, J.-A. Tanguay.

J'y ai célébré la première messe qui fut une messe pontificale en ce quatrième dimanche de l'Avent. Ont été présents un très grand nombre de membres du Clergé et des fidèles. Fait à Amos les jour et an que ci-haut.

J.-A. Desmarais, évêque d'Amos


Source photo : Archives de la Fabrique Christ-Roi.

Extrait de
Circuit du patrimoine religieux et spirituel

Circuit du patrimoine religieux et spirituel image circuit

Présenté par : Ville d'Amos (Tourisme Amos-Harricana)

Directions pour me rendre

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.