West Junction (P.I.)

Le quartier West Junction

Avec l’arrivée du chemin de fer et l’ouverture d’une gare (1854), de nombreux emplois sont créés dans la concession de l'Hétrière. Des ouvriers et leur famille s’établissent  près de leur lieu de travail. L’installation d’une cour de triage à proximité de la gare vers 1870 amène aussi son lot de travailleurs et leur famille. Un quartier prend forme près de la gare. Il en prend même le nom : West Junction.

Il ne reste que très peu de trace de ce premier quartier de Charny. Plusieurs maisons ont été déménagées ou démolies pour le passage de l’autoroute Robert-Cliche (73). Certaines maisons déplacées sont encore visibles dans différents secteurs de Charny et sur le chemin Pierre-Beaumont à St-Jean Chrysostome.

Photo : Le quartier West Junction vu à partir du pont des trains, en 1924.

Crédit : Bibliothèque et Archives Canada (BAC)

Le pont ferroviaire

La construction du pont qui enjambe la Chaudière débute en 1850. Il fait partie de la ligne qui relie Montréal à Lévis en passant par Richmond. Il est inauguré en novembre 1854.

C’est un pont tubulaire. À l’époque, les ponts étaient couverts ou, à tout le moins, flanqués de murs de chaque côté de la voie. Ses piliers sont alors recouverts de briques.

Quelques années plus tard, l’assaut des glaces lors de fortes débâcles au printemps oblige à remplacer la brique par de la pierre. C’est un objet de curiosité pour le temps.

Crédit photo : Archives de la Ville de Lévis, coll. Bernard Fontaine (Jean-Guy Robitaille).

La gare de Chaudière Jonction

À l’ouverture de la voie en 1854, une gare est construite près du pont pour accueillir les passagers et donner les ordres de marche aux trains.

Cette gare, aujourd’hui démolie, prendra de plus en plus d’importance avec l’ouverture de la cour de triage en 1870 et le prolongement de la voie du chemin de fer Intercolonial qui arrive des Maritimes pour aller à Montréal. Elle est à la jonction de lignes  de plusieurs compagnies. Elle changera de nom pour s’appeler West Junction.

Photo : Gare de Chaudière Jonction, vers 1900.

Crédit : Archive Ville de Lévis, coll. Bertrand Lacroix (Jean-Guy Robitaille).

Voyages touristiques

Moins d'un an après l'inauguration de la ligne Montréal-Lévis, des activités touristiques sont proposées pour aller voir le pont et les chutes : 

VOYAGE DE PLAISIR AU SAULT DE LA CHAUDIERE ET AU PONT TUBULAIRE DU CHEMIN DE FER, VENDREDI, 29 JUIN 1855.

FÊTE DE LA ST-PIERRE ET ST-PAUL

LES CHARS laisseront la Station du Chemin de Fer, Pointe-Lévi, à 1 :00 p.m. et 4 :00 p.m., pour le SAUT DE LA CHAUDIERE, et laisseront la Station de la Chaudière à 3 : 00, 6 : 00 et 8 : 30 p.m.    

C’est une bonne occasion pour les personnes qui désirent examiner le PONT TUBULAIRE, construit à cette place, et rendre visite aux Célèbres  CHUTES du Sault.    

Heures du départ du Steamboat Traversier du Quai du Chemin de Fer, Québec : 12 : 30 et 3 : 30 p.m.   

On pourra obtenir des RAFRAICHISSEMENTS à la Station de la Chaudière. 
Prix : - Aller et revenir, (Traverse incluse), -2s. 6d.     
Par ordre de la Compagnie.       

Québec, 22 juin 1855.

Source : Le Canadien, 22 juin 1855.

Une communauté anglophone

L’exploitation du chemin de fer au milieu du 19e siècle était surtout le fait de financiers anglais. Les postes de direction étaient donc occupés par des anglophones.

L’installation d’une communauté anglophone va de pair avec le développement du monde du rail. Charny n’y échappe pas.

Bien qu’ayant leurs propres institutions (école, église), les familles s’intègrent assez bien avec la population francophone. 

Simultanémant à la construction de leur école au début de 1900, les "anglos" érigent une salle communautaire, la Presbyterian Mission Hall (située au 3381, avenue des Églises), où se déroulent des activités ouvertes à toute la population. Le curé Poirier ne manque pas de rappeler à ses paroissiens que c'est "...une disgrâce d'aller danser et de participer à des mascarades...". La salle changera de vocation en 1946 au moment de sa vente.

Dû à la prédominance de l’anglais dans les postes de direction, des cours du soir d'anglais sont mis en place à partir des années 1910.

Photo : Presbyterian Mission Hall, sans date.

Crédit : BAnQ

École protestante

Peu après 1900, une petite école est construite sur la rue Poirier (3136, avenue des Églises) pour les enfants anglophones. Elle est aussi utilisée comme lieu de culte jusqu’à la construction d’une église protestante en 1921.

La petite école « protestante »  sera utilisée jusqu’à la fin des années 60.

L'église protestante

Construite en 1921, l’église protestante est en fait, à l’origine, un lieu de culte presbytérien. En ce temps-là, tout ce qui n’est pas catholique est protestant d’où le qualificatif apposé à l’église. Sa construction a été grandement facilitée par la générosité de la famille Breakey.

Elle est fréquentée principalement par les  résidents anglophones  de Charny. Depuis l’arrivée du chemin de fer, plusieurs familles « anglaises » se sont établies à Charny.

Elle sert au culte jusque dans les années 1970. Après avoir été abandonnée, elle devient une résidence privée dans les années 1980.

Le curé Poirier, du haut de la chaire, recommandait très fortement à ses paroissiens de ne pas y entrer et leur interdisait de lire la « propagande protestante ».

Crédit photo : Archives Ville de Lévis

Le parc et la "côte de la mitaine"

Il y a toujours eu des bancs ou un kiosque sur l’emplacement de celui-ci. Le point de vue sur la rivière était spectaculaire… avant le déploiement de l’autoroute.

Juste à côté, un chemin descendait jusqu’à la rivière : la côte de la Mitaine.  L’été, c’était la voie d’accès à la rivière pour les embarcations; l’hiver, c’était une longue côte pour glisser et aussi pour les chevaux qui tiraient les traîneaux chargés de morceaux de glace coupés à même la rivière.

D'où vient le mot Mitaine ? Parce que la cote est située à côté de l’église protestante où avaient lieu les « meetings » entourant les célébrations du culte. La traduction orale a voulu que le mot meeting devienne mystérieusement mitaine au fil du temps!

Sur la photo, la flèche situe la cote de la mitaine sur cette vue aérienne qui date de 1968.

Extrait de
Charny, chroniques d'une jonction | Circuit historique

Charny, chroniques d'une jonction | Circuit historique image circuit

Présenté par : Corporation Charny Revit

Directions pour me rendre

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.