Panneau d’interprétation de Saint-Antoine-de-Tilly

Saint-Antoine-de-Tilly et son patrimoine maritime

Le secteur des Fonds de Saint-Antoine-de-Tilly, où l’on se trouve, est un secteur industriel et commercial très dynamique du milieu du 19e jusqu’au milieu du 20e siècle. C’est ici que s’est écrite l’histoire maritime de Saint-Antoine-de-Tilly puisqu’on y retrouve de la construction maritime. C’est également un pôle de villégiature fort prisé dans la première moitié du 20e siècle, puisque les citadins y séjournent dans des motels et chalets donnant accès au fleuve.

Photo: Sortie à la plage au temps du quai saisonnier. (Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly, no 0442).

La navigation à vapeur

Au milieu du 19e siècle, la navigation sur le fleuve connaît un grand essor. Les voiliers sont progressivement remplacés par des bateaux actionnés par des moteurs à vapeur que l’on appelle les « vapeurs » ou les « steamboats ». La population de Saint-Antoine-de-Tilly est fière d’utiliser et de voir voguer un vapeur portant son patronyme.

Photo: Le St-Antoine 1 peint par P. Charbonneau, artiste de Sainte-Croix, en 1853. (Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly).

Le fleuve, une voie de communication (Lise Drolet)

Source photo: Le St-Antoine 1 peint par Claire Houde à partir du tableau de P. Charbonneau, artiste de Sainte-Croix, en 1853. (Collection Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly)


Les pélèrinages (Lise Drolet)


Les pilotes, source de fierté (Lise Drolet)

Source photo: Le pilote Robert Houde (Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly, no 0209)


La construction navale (Lise Drolet)

Source photo: Manufacture à bateaux Houde & Bergeron dans les Fonds (Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly, no 0477)


Vivre au bord de l'eau

Depuis la fondation de Saint-Antoine-de-Tilly en 1702, les riverains entretiennent un lien privilégié avec ceux de Neuville, sur la rive nord. Il faut rappeler qu’avant la venue de routes carrossables efficaces et sécuritaires au début du 20e siècle, le fleuve Saint-Laurent constitue leur principale voie de communication. Il est utilisé même en hiver par les ponts de glace qui se créent jusque dans les années 1930.

Photo: Bateau à voile en 1930.
(Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly, no 0151).

Les fonds de Saint-Antoine-de-Tilly (Lise Drolet)

Source photo: Journée à la plage. (Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly)


Les ponts de glace (Lise Drolet)

Source photo: Pont de glace sur le fleuve peint par Clarence Gagnon en 1920 (Collection Musée national des Beaux-arts du Québec)


L'hiver sur le fleuve (Lise Drolet)

Source photo: Pont de glace sur le fleuve peint par Clarence Gagnon en 1920 (Collection Musée national des Beaux-arts du Québec)


La pêche et la conservation des aliments

Dans le Québec rural traditionnel, toutes les ressources de la terre et de la mer sont mises à contribution. Tout le long du littoral de Lotbinière, la pêche complémente l’alimentation tirée de l’agriculture et plusieurs riverains s’y adonnent. Le secteur des Fonds de Saint-Antoine-de-Tilly assure un accès au fleuve privilégié à ses riverains ainsi qu’à la population du village, des rangs et des environs qui s’y donnent rendez-vous.

Photo : Fernand Boisvert à la pêche à la « mouroche » ou pêche blanche. (Société du patrimoine de Saint-Antoine-de-Tilly, no 154).

Pêcher l'anguille à Saint-Antoine-de-Tilly (Lise Drolet)




Partager

Sur Facebook

Sur Twitter

Par Messenger


Extrait de
Suivez l'Étoile - Patrimoine maritime

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS