L'église de Château-Richer, un ensemble harmonieux

L'église de Château-Richer, un ensemble harmonieux

Source :photo du Fonds Daniel Abel


La première église de Château-Richer

Illustration datant de 1787 de la première église de Château-Richer.

Crédit: Thomas Davies, Vue de Château-Richer près de Québec, Dessin, 1787, aquarelle sur papier vergé. Musée des beaux-arts du Canada.

Illustration, première église de Château-Richer

Les ruines du château Richer et le cap Tourmente par Georges Heriot, 1807.

Crédit: Bibliothèque et Archives Canada, no d’acc 1989-479-12:B

Plan d'église

Illustration, plan de la structure intérieure d'une église.  

Source: Geneawiki, sous la rubrique "Quelques termes sur l'architecture et le mobilier d'église".

Intérieur de l'église

La tribune et le jubé à l'intérieur de l'église de Château-Richer.

Source: Archive Château-Richer, photo #1169

Crypte, église de Château-Richer

Crypte sous l'église. Ce mur est le seul vestige restant identifiant les différentes tombes.

Source: Archive Château-Richer.

Tombes murées, crypte de l'église de Château-Richer

Une tombe murée sans identification.

Source: Photo, Jean-Luc Milot

"La Charité", Carillon, église de Château-Richer

Le nom de Charité a été gravé et est toujours bien visible sur la surface de cette cloche

Source: Photo, Jean-Luc Milot

"L'Espérance": Carillon, église de Château-Richer

Photo de la cloche baptisée sous le nom de "L'Espérance". Ce nom est gravé et visible sur la surface de la cloche.

Source: Photo, Jean-Luc Milot

"La Foi": Carillon, église de Château-Richer

Photo de la cloche baptisée sous le nom de "La Foi". Ce nom est gravé et visible sur la surface de la cloche

Source: Photo, Jean-Luc Milot

Illustration: "Beffroi"


Illustration d'un beffroi, généralement construit en bois et permettant de supporter de lourdes charges.

Source: Wikipedia, sous la rubrique "Beffroi". 

Coq de la cathédrale de Prague

Une jolie sculpture représentant le coq, annonceur du jour et de la fin de la nuit par son chant. Il est le symbole de la vigilance.

Source: Wikipedia, sous la rubrique "Symbolisme du coq". 

Bénitier, église Saint-Sulpice, Paris

Bénitier utilisant pour la vasque la coquille de grande taille de ce mollusque portant le même nom. 

Source: Wikipedia, sous la rubrique "Bénitier". 

Baptistère de Florence - 8 cotés

Le Baptistère Saint-Jean de Florence fut bâti sur un plan octagonal vers l'an 1059.
 
Source: Wikipedia, sous la rubrique "Baptistère Saint-Jean de Florence". 

Dalle d'accès au caveau familial - famille Le Moine des Pins

Dalle donnant l'unique accès au caveau familial de la famille Lemoine des Pins. 

Source: Photo Jean-Luc Milot

Textes de la narration, partie 1

INTRUDUCTION

Bonjour et bienvenue à Château-Richer, première paroisse rurale organisée de Nouvelle-France. En téléchargeant cette visite audio-visuelle vous aurez le plaisir de découvrir l’histoire de cette église et de son patrimoine. Nous utiliserons aussi le magnifique contexte où nous nous trouvons pour examiner quelques traditions, rites et coutumes qui ont jalonné l’histoire du catholicisme afin de mieux comprendre l’évolution de cette religion et le lien à faire avec les objets qui nous entourent.

Cette visite est divisée en cinq parties distinctes que vous pourrez sélectionner une fois la visite téléchargée. Au besoin, vous trouverez des panneaux dans l’église qui sauront vous donner un accès direct à chaque partie par l’entremise de codes QR. Une sixième partie intitulée « Et le reste… amen» vous permettra de retrouver papi et les enfants pour écouter des anecdotes  additionnelles.

La durée de la visite est d’environ une heure sans tenir compte de cette sixième partie qui se veut un petit cadeau pour ceux ayant aimé le premier segment. Le visiteur a libre choix de se promener en tout sens car l’église étant petite, les éléments physiques qui seront discutés sont,  pour la plupart, visibles de partout. De plus, lors de la narration, votre attention sera dirigée à quelques reprises vers l’écran de votre téléphone ou votre tablette. Ceci vous permettra de visualiser des photos qui enrichiront votre compréhension du sujet discuté. Nous vous souhaitons un excellent moment en compagnie de papi, Delphine et Guillaume. 

L’ÉGLISE DE CHÂTEAU-RICHER – UN ENSEMBLE HARMONIEUX (PREMIÈRE CHAPELLE, PREMIÈRE ÉGLISE DE CHÂTEAU-RICHER)

Papi : Bonjour Delphine, bonjour Guillaume, je suis content que vous ayez accepté de faire cette visite avec moi aujourd’hui. 

Delphine : Je suis toujours contente de passer du temps avec toi papi.

Guillaume : Moi aussi et j’adore t’écouter raconter des histoires. 

Papi : La semaine dernière nous avons fait une belle balade à pied et tout au long de notre parcours, je vous ai fait découvrir l’histoire de Château-Richer. Et bien aujourd’hui, j’aimerais approfondir un aspect de l’histoire de cette paroisse qu’est l’Église de Château-Richer. 

Delphine : Elle a quelque chose de spécial cette église? 

Papi : Cette église est unique Delphine. Tu verras qu’elle renferme quelques secrets, mais aussi qu’elle était et demeure une représentation de l’évolution du catholicisme en Nouvelle-France et au Québec. 

Papi : J’aimerais commencer par les débuts. Des colons français sont venus s’établir ici dans la 
Seigneurie de Beaupré tôt durant la colonisation de la Nouvelle-France. Déjà en 1628, on retrouvait des colons défrichant leur terre ici à Château-Richer. Ce sont les frères Récollets qui au début ont offert des services religieux aux colons. Par la suite les Jésuites ont pris la relève. 

Guillaume : Il y avait une église à Château-Richer?
Papi : Non Guillaume, à l’époque, on utilisait la maison d’un des colons, deux à trois fois par année pour célébrer la messe, les mariages, les funérailles et les baptêmes. Mais dès 1636 une chapelle en bois était construite au pied du promontoire. 

Guillaume : On peut encore la voir Papi?

Papi : Cette chapelle n’est plus là depuis longtemps Guillaume.  La population grandissait et déjà en 1658, Château-Richer avait une église de pierre qui se trouvait ici, sous nos pieds. Cette église était la troisième de Nouvelle-France construite en pierre après les églises de Québec et de Tadoussac.  C’est dire combien Château-Richer était une paroisse importante car même Trois-Rivières et Montréal n’avaient pas encore d’église de pierre. 

Delphine : Tu veux dire Papi que la première église était construite sur le site de cette église où nous nous trouvons?

Papi : Bien oui Delphine, la première église de Château-Richer était bâtie sur le promontoire pour éviter les problèmes liés au fleuve qui avance jusqu’au cap lors des hautes marées. On évitait ainsi la boue qui recouvrait le site de la petite chapelle de l’époque. Cette première église était dédiée à Notre-Dame de la Bonne Nouvelle et le premier officiant était l’abbé Fillion.

Guillaume : Que reste-t-il de cette première église?
Papi : Il reste le vieux cimetière sur la gauche de l’église et le caveau funéraire se trouvant sous nos pieds mais nous avons des illustrations de cette église, regardez sur mon écran de téléphone.

Guillaume : Dit Papi, c’est quoi un caveau funéraire ?

Papi : Un caveau funéraire Guillaume est un espace fait de maçonnerie souvent sous une église mais aussi à l’occasion dans un cimetière, destiné à recevoir des sépultures, en d’autres mots un espace pour y enterrer les dépouilles, les morts. Je vais revenir sur ce sujet un peu plus tard tu veux bien? 

Papi : Bon, la première église de Château-Richer se trouvait donc ici sous nos pieds.  Avec le temps, la population de la paroisse grandit ce qui oblige le séminaire de Québec à construire une église plus grande. C’est en 1863 près de 200 ans après la construction de la première église qu’un décret est émis pour autoriser la construction d’une nouvelle église sur le même site. Cette église fut complétée en 1866.

Delphine : Et cette deuxième église est celle-ci?

Papi : Oui Delphine 

LA DISPOSITION D’UNE ÉGLISE

Papi : J’aimerais maintenant vous parler des différentes parties qui composent une église en se référant à cette image sur mon téléphone.   Si vous regardez vers le haut, vous pouvez voir le plafond de l’église que l’on nomme la voûte. Cette voûte fait toute la largeur de l’église. Sous la voûte, on retrouve ce que l’on appel la nef qui représente la partie ouverte et dégagée qui va du sol de l’église jusqu’à la voûte. À l’arrière de la nef, près des portes d’entrée, on retrouve une zone dégagée et sans banc d’église que l’on nomme le narthex. De chaque côté de la nef on retrouve ces portions à gauche et à droite où l’on retrouve des bancs d’église se trouvant sous les balcons. Ces portions se nomment les bas-côtés.   À l’avant de la nef ainsi que devant les bas-côtés on retrouve à nouveau  un espace dégagé et sans bancs d’église. Cette partie se nomme le transept. Ensuite, on retrouve cet espace en haut des quelques marches. Cette partie se nomme le chœur de l’église. Vous remarquerez la balustrade restreignant l’accès au chœur. On nomme cette balustrade le chancel. Vous voyez aussi que le fond du chœur est arrondi. On nomme cette partie l’abside. 

Regardons maintenant vers le haut. Vous voyez ces balcons qui font trois côtés de l’église. On nomme ces balcons les tribunes. Tout en haut, à l’arrière, vous voyez un balcon encore plus haut où se trouve l’orgue de l’église. On nomme cette portion la tribune d’orgue mais au Québec on a pris l’habitude d’appeler ce balcon le jubé. Voilà donc les noms des différentes parties intérieures de l’église. 

LA CRYPTE

Papi : Je t’ai dit Guillaume que je reviendrais sur le sujet du caveau funéraire que l’on nomme aussi la crypte. On trouve sous l’église un grand caveau funéraire. J’ai quelques photos que vous pouvez voir sur l’écran. Cette crypte a été utilisé dès les débuts car le premier à y être enterré fut nul autre qu’Olivier Letardif, un des premiers seigneurs de la Seigneurie de Beaupré qui mourut le 28 janvier 1665.  Le dernier à y être enterré aurait été M. Albert Giguère en 1955. Plus récemment, un nouveau plancher d’église a été construit car l’ancien de bois était mal en point. Au moment de ces travaux, on décida de murer de ciment toutes les tombes se trouvant dans la crypte car il s’en dégageait des odeurs indésirables. La crypte aujourd’hui ne comporte plus aucune plaque d’identification à l’exception de celles que vous pouvez voir sur cette photo. Au dernier compte il y avait 372 Sépultures dans la crypte de l’église. J’ai apporté une liste des noms si vous voulez la voir. 

L’ORGUE CASAVANT

Delphine :Papi, tu as parlé tout à l’heure de la tribune d’orgue que tu as aussi appelé le jubé. Il y a un orgue là haut ? 

Papi : Mais oui Delphine. Dans le cœur des Québécois, on retrouve une entreprise qui a su rayonner dans le monde entier et qui, encore aujourd’hui, nous rend fiers. Je vous parle ici des orgues Casavant. Si vous regardez tout en haut, vous pourrez voir l’orgue Casavant installé en 1914. L’histoire de cette installation vaut la peine d’être racontée. En avril 1911, le curé de Château-Richer, l’abbé Cloutier a été invité à l’Ange-Gardien la paroisse voisine pour une fête paroissiale et, lors de cette fête, l’orgue de l’église de l’Ange-Gardien a été mis à contribution. Le dimanche suivant, notre abbé Cloutier n’a pas pu se retenir d’émettre les commentaires suivants à ses paroissiens : « Je vous dirais que j’ai eu des remords en faisant la comparaison entre notre vieil orgue et celui de l’Ange-Gardien. Des pensées d’envie ont obsédé mon esprit. J’ai eu fort à faire pour les combattre. J’ai eu cela sur le cœur tout le temps de la cérémonie et j’y pense encore et toujours… Il me semble que nous pourrions ici, en faisant un sacrifice, avoir nous aussi un orgue. C’est mon rêve de chaque nuit. Faisons de ce rêve une réalité. Je crois que vos oreilles sont fatiguées d’entendre les gémissements de notre orgue qui doit expirer avant longtemps, disent les connaisseurs. Si vous êtes de mon avis, nous allons essayer de nous mettre au même niveau que l’Ange-Gardien. Il s’agit d’un peu de bonne volonté. En êtes-vous ? …Faites-vous les apôtres de cette cause et vous verrez que tout marchera. 

Delphine : Le prêtre suppliait les gens pour qu’ils donnent de l’argent ?

Papi : C’est bien ça, Delphine. Mais c’était un projet de longue haleine. Il a fallu deux ans pour amasser les fonds nécessaires. 

Delphine : Hi hi, j’imagine l’abbé suppliant ses fidèles chaque dimanche durant son sermon…

Papi : Oui, tu as sûrement raison, mais sa persistance a payé car en 1913, il a invité Monsieur Casavant lui-même à venir prendre les mesures du futur emplacement.  Une fois construit en atelier, l’orgue fut installé en 10 jours. Sa bénédiction a eu lieu le 24 mai 1914. C’était un grand jour pour notre abbé Cloutier. 

LES CLOCHES – LE BEFFROI

Papi  Maintenant, j’aimerais vous parler de quelques éléments extérieurs à l’Église. Avez-vous remarqué le clocher en entrant?

Guillaume : Un grand clocher avec une croix au bout de la flèche papi?

Papi : C’est bien ça Guillaume. On retrouve trois cloches dans ce clocher. Elles sont en bronze et elles ont été coulées en France. Elles forment à trois un carillon.  J’ai une question pour toi Guillaume. Est-ce que les cloches sont soutenues par la maçonnerie du clocher de pierre? 

Guillaume : Euh… je crois que oui?

Papi : Et bien non. Les vibrations causées par le tintement des cloches sont si puissantes que le mortier de la maçonnerie éclaterait et le clocher entier s’effondrerait si on y fixait les cloches. On trouve donc généralement une structure à l’intérieur des clochers de pierre ou de brique des églises pour supporter le poids des cloches. Cette structure est faite de bois, supporte le poids des cloches et empêche ainsi les vibrations de se transmettre à la maçonnerie. On nomme cette structure un beffroi. 

Guillaume : Un bœuf froid dans le clocher….Erk! 
Delphine : Bien non Guillaume, un beffroi. B.E.F.F.R.O.I, en un seul mot, pas un animal.
 
LE COQ
 
Delphine : Tout à l’heure, Guillaume a parlé de la flèche du clocher et de la croix qui se trouve en haut. Mais qu’en est-il Papi du coq que l’on retrouve tout au haut de la croix? 

Papi : Tu as remarqué cela Delphine?  C’est vrai que nos églises au Québec ont presque toutes un coq au sommet du clocher, quelquefois accompagné d’une girouette.  Il y a plusieurs explications à cela. Aux yeux des anciens, le coq représentait la vigilance, le courage, l’ardeur.  Ils voyaient en lui un oiseau protecteur. Pour certains chrétiens il y a aussi le fait que le coq en chantant annonce la fin des ténèbres et le retour de la lumière, autrement dit la victoire du bien sur le mal.  Ce sera au IX siècle qu’un premier coq sera perché à la pointe d’un clocher au nord de l’Italie.  Par la suite, le Pape Léon IV qui était à la tête de l’église catholique de l’an 847 à 855, a décidé que chaque église devait être dotée d’un coq.  Le coq devait à partir de ce moment aussi représenter la vigilance du clergé envers les croyants, au même titre que le coq est vigilant envers sa couvée de poules afin de la protéger. Voilà pourquoi, encore aujourd’hui vous pouvez voir un coq au sommet des clochers de la majorité des églises catholiques. 

BÉNITIER

Papi : Delphine, nous marchons dans quelle zone en entrant dans l’église?

Delphine : Euh. Le Narthex je crois Papi.

Papi : Bravo. Et si vous regardez le long du mur arrière vous pouvez voir un bénitier près de chaque entrée à gauche et à droite. Vous savez à quoi peuvent servir ces petits bassins sur pied contenant un peu d’eau ?

Guillaume : Des lavabos pour se laver les mains en entrant ? 
Papi : Des lavabos, je ne crois pas. En fait Guillaume, les bénitiers sont remplis d’un peu d’eau bénite, c’est-à-dire d’eau bénie par un prêtre par une prière.  Tout fidèle catholique qui la touche et qui ensuite fait un signe de la croix en s’aspergeant avec un peu de cette eau envoie cette même prière vers Dieu. Pour le croyant, ce geste attire la grâce de Dieu vers son âme.

LE CHIFFRE 8 

Papi : Mais regardez le pied du bénitier et dites-moi combien de face vous voyez ? 

Delphine : Il y a 8 côtés, c’est une forme octogonale. 

Papi : Très bien… mais pourquoi 8 côtés et non pas 10, 12 ou 6 ou même 4?

Guillaume : Tu crois qu’il y a une raison pour que ce pied ait huit faces Papi ?

Papi : Bien sur Guillaume. Le chiffre 8 a plusieurs symboliques chrétiennes. Il se réfère souvent aux huit béatitudes identifiées dans l’évangile selon Mathieu, mais le chiffre 8 représente aussi « la Vie Nouvelle ». Il est le symbole de la renaissance par le baptême. C’est pourquoi les baptistères en Europe ont souvent huit côtés. J’ai apporté une photo pour vous montrer. 

LA FAMILLE LEMOINE DES PINS
 
Papi : J’aimerais maintenant qu’on se rapproche du chœur de l’église à l’avant.  Regardez sous vos pieds et dites-moi ce que vous voyez?

Delphine : Je vois une grande plaque en métal et gravé sur la plaque je vois le nom Le Moine des Pins avec des armoiries dessous. 

Papi : C’est bien Delphine et toi Guillaume que penses-tu que cela représente?

Guillaume : Peut-être un grand hommage à la famille Lemoine des Pins?

Papi : Oui, très certainement Guillaume mais plus encore. Je vous ai dit tout à l’heure que sous nos pieds se trouvait un caveau funéraire. 

Guillaume : Oui Papi, un caveau funéraire où on y enterre des morts. 

Papi : Et bien la semaine dernière lors de notre visite historique de Château-Richer je vous ai parlé de la famille   
Lemoine des Pins, nous sommes même passé devant le manoir Lemoine-de-Pins. Vous souvenez-vous ce que j’ai dit?

Delphine : Moi, je me souviens. Tu nous as dit que cette famille s’était installée à Château-Richer en 1815 et que le premier arrivant de cette famille était un certain Colonel William Henri Lemoine des Pins et qu’il avait été le Maire de Château-Richer de 1845 à 1848. Tu nous as aussi dit qu’il avait été enterré dans la crypte sous nos pieds. 

Papi : Bien vrai Delphine. De nombreux descendants du Colonel Lemoine des Pins ont eu beaucoup de générosité envers l’église. C’est ainsi qu’en 1927, ce magnifique chancel, cette balustrade qui sépare le chœur de l’église si vous préférez, fait de bronze au motif de pommes de pin, a été offert à l’église. Ce sont aussi les Lemoine des Pins qui ont, en 1936, payé pour l’établissement du baptistère à l’arrière de l’église. 

La grande générosité de cette famille a aussi permis la construction d’un escalier de pierre reliant l’église à l’avenue Royale ainsi qu’une réplique de la grotte de Lourdes juste à la base de cet escalier, sur le bord de l’avenue Royale. 

En remerciement pour toute cette générosité, on a autorisé la construction d’un caveau funéraire familiale dont l’accès se fait uniquement par le plancher de l’église. Nous avons donc les deux pieds sur cet accès unique à cette crypte familiale. Si on retirait cette plaque on découvrirait une salle de 7 mètres et demi sur 4 mètres et demi. À l’intérieur on retrouverait le corps des membres de cette famille dont les noms sont inscrits sur la plaque sur votre gauche. 

Liste des inhumations

Sépultures sous l’église de la paroisse de La Visitation de la Bienheureuse Vierge Marie (Château-Richer).

1)  28 janvier 1665, Olivier Le Tardif, 64 ans
2)  24 août 1665, Anne Bélanger, 3 mois
3)  19 janvier 1670, Gabriel Estourneau, 4 jours
4)  7 avril 1671, Joseph Cloutier, 7-8 ans, fils de Jean
5)  11 mars 1676, Guyon du Buisson
6)  8 décembre 1677, Marguerite Gagnon, Veuve d’Éloi Tavernier
7)  26 novembre 1679, Marguerite Martin, Fille d’Étienne Racine
8)  26 août 1680, Jacqueline Lucas, 68 ans, épouse de Claude Auber
9)  18 décembre 1695, Marguerite Racine, 44 ans, épouse de Jean Gagnon
10)  18 avril 1699, Pierre Gagnon, 89 ans
11)  29 octobre 1699, Jean Gagnon, 55 ans
12)  22 mars 1703, Geneviève Fortin, épouse de Noël Gagnon
13)  3 avril 1720, Guillaume Gauthier, 70 ans, Curé
14)  16 août 1726, Marguerite Duteau, 35 ans, Sœur de la Congrégation : Sœur des Anges.
15)  14 mai 1756, Sœur Ste-Élizabeth, 63 ans
16)  22 juillet 1758, Joseph Bacon, 67 ans.
17)  28 décembre 1773, Prisque Cloutier. 
18)  27 octobre 1778, Joseph Bacon, 61 ans
19)  21 mai 1785, Prisque Gariépy, 71 ans, Maître chantre. 
20)  15 janvier 1797, Pierre-René Hubert, 52 ans, Curé. 
21)  26 février 1811, Zacharie Cloutier, 68 ans.
22)  2 mai 1811, Étienne Simard, 65 ans.
23)  3 mars 1813, Louis Gagnon, 67 ans.
24)  11 décembre 1820, Marie-Louise Gagnon, 82 ans.
25)  25 septembre 1821, Marie Gagnon, 38 ans.
26)  30 janvier 1822, Marguerite Létourneau, 72 ans
27)  17 avril 1822, Joseph Gagnon, 52 ans.
28)  19 avril 1822, Pierre Cauchon, 72 ans.
29)  30 décembre 1823, Louis Cloutier, 80 ans.
30)  28 septembre 1824, Augustin Gagnon, 62 ans.
31)  14 août 1826, Geneviève Huot, 74 ans.
32)  15 janvier 1827, Olivier Langlois, 55 ans, Curé. 
33)  5 janvier 1829, Françoise Fillion, 43 ans.
34)  8 mars 1829, Marie Lindsay, 36 ans. 
35)  20 août 1839, Louis Bernier, 56 ans.
36)  7 mars 1840, Rosalie Simard, 60 ans.
37)  26 août 1840, Marie Gagnon, 21 ans.
38)  10 septembre 1840, Marie-Julie Lemoine, 65 ans.
39)  23 juillet 1841, Marie-Geneviève Cazeau, 73 ans.
40)  14 juin 1844, Charlotte Dunière, 80 ans.
41)  21 novembre 1844, Louis Jobidon, 80 ans.
42)  7 janvier 1847, Geneviève Lefrançois, 76 ans.
43)  12 juin 1847, Appoline Côté, 30 ans.
44)  12 juin 1847, Vitaline Jobidon, 11 mois.
45)  1 février 1849, Louis Rhéaume, 43 ans. 
46)  10 février 1849, Ignace Gagnon, 68 ans.
47)  21 avril 1852, Joseph Côté, 74 ans.
48)  14 septembre 1852, Augustin-René Langlois, 83 ans.
49)  25 mars 1853, Flavie Lefrançois, 31 ans.
50)  9 avril 1853, Marie Rhéaume, 48 ans.
51)  12 mai 1853, John William Woolsey, 85 ans.
52)  18 mai 1853, Louis Lemoine, 71 ans.
53)  8 juillet 1854, Marie-Malouine Paquet, 17 ans.
54)  2 octobre 1854, Joseph Cadot, 44 ans.
55)  7 octobre 1854, Césarie-Délima Verrault, 24 ans.
56)  30 octobre 1855, Marie-Caroline Gariépy, 20 ans.
57)  24 mars 1856, Pierre Jobidon, 90 ans.
58)  6 octobre 1856, Flavie Nolette, 37 ans.
59)  18 octobre 1856, Marie-Anne Giroux, 92 ans.
60)  24 septembre 1857, Magdeleine Jobidon, 54 ans.
61)  29 janvier 1858, Louis Côté, 70 ans.
62)  6 février 1858, Marguerite Taillon, 75 ans.
63)  11 février 1858, Nérée Labranche, 28 ans.
64)  27 mars 1858, Marie-Thérèse Gagnon, 75 ans.
65)  2 juin 1858, Séraphin Lefrançois, 30 ans.
66)  16 août 1858, Sophie Simard, 21 ans.
67)  16 septembre 1858, Joséphine Laforce, 78 ans.
68)  24 mars 1859, Josephte Gallien, 44 ans.
69)  6 avril 1859, Marie Gravelle, 79 ans.
70)  1 juillet 1861, Étienne Simard, 83 ans.
71)  17 janvier 1860, Joachim Nollet, 24 ans.
72)  18 mai 1860, Charles-Rodolphe-Amédée Lemoine, 8 ans.
73)  20 août 1860, Robert-Auguste Lemoine, 3 mois.
74)  20 août 1860, Sophie Gallien, 40 ans.
75)  1 juin 1861, Marie-Elvine Robitaille, 7 ans.
76) 24 juillet 1861, Olivier-Ferdin Gravel, 23 ans.
77)  22 octobre 1861, Françoise Jobidon, 65 ans.
78)  20 avril 1863, Marie-Madeleine Cauchon, 65 ans.
79)  27 février 1864, Marguerite Baillargeon, 53 ans.
80)  18 juillet 1864, Adeline Cadot, 31 ans.
81)  28 septembre 1864, Marie Rhéaume, 24 ans.
82)  3 août 1865, Prisque Poulin, 63 ans.
83)  13 décembre 1865, Robert-Auguste Lemoine, 4 ans.
84)  15 février 1866, Pierre Jobidon, 47 ans.
85)  9 août 1866, Jean Huot, 79 ans.
86)  15 janvier 1867, Josepte Jobidon, 55 ans. 
87) 26 mars 1867, Jean Michel, 48 ans.
88)  8 août 1867, Julien Gravel, 73 ans. 
89)  25 février 1868, Jean Verreau, 20 ans. 
90)  19 mai 1868, Geneviève Huot, 71 ans.
91)  29 mai 1868, Joseph Verreau, 10 ans.
92)  15 août 1868, Angélique Parent, 42 ans.
93)  10 novembre 1868, Marie-Anne Mercier, 83 ans
94)  10 avril 1869, Marie-Luce Laplante, 21 ans.
95)  14 avril 1869, Narcisse Jobidon, 49 ans. 
96)  15 avril 1869, François-Xavier Verreau, 17 ans.
97)  5 octobre 1869, Marie Verreau, 19 ans. 
98)  13 avril 1870, Marie-Louise Rhéaume, 70 ans.
99)  21mai 1870, Pierre-Charles Blouin, 32 ans.
100)  25 juillet 1870, Magdeleine Jobidon, 67 ans.
101)  27 janvier 1871, Félicité Cloutier, 72 ans.
102)  9 mai 1871, Edouard Richard, 52 ans, Curé. 
103)  16 mai 1872, Ignace Taillon, 67 ans.
104)  24 mai 1872, Joseph Côté, 62 ans.
105)  14 février 1873, Louis Cazeau, 68 ans
106)  25 février 1873, Marie-Alma Rhéaume, 6 ans.
107)  28 avril 1873, Marie-Adéline Verreau, 21 ans.
108)  12 mai 1873, Pétronille Côté, 19 ans.
109)  28 juillet 1873, William-Henry Lemoine des Pins, 86 ans. 
110)  30 août 1873, Louis Rhéaume, 27 ans.
111)  16 décembre 1873, Louise Gravel, 73 ans.
112)  27 janvier 1874, Marie-Joséphine Rhéaume, 2 mois.
113)  28 mars 1874, Gabriel Rhéaume, 72 ans.
114)  6 avril 1874, Joseph Gagnon, 58 ans.
115)  20 mai 1874, Béatrice Côté, 38 ans.
116)  9 juin 1874, Louis Michel, 68 ans.
117)  13 juin 1874, Louis Cloutier, 78 ans.
118)  13 juin 1874, Angèle Simard, 74 ans
119)  8 août 1874, Joseph Gravel, 75 ans.
120)  11 août 1874, Suzanne Trépanier, 55 ans.
121)  25 août 1874, François Blouin, 7 ans
122)  14 septembre 1874, Jos. Pierre Rancourt, 4 mois
123)  6 octobre 1874, Elizabeth Trudel, 80 ans
124)  25 novembre 1874, Philomène Michel, 30 ans.
125)  19 mars 1875, Marie-Louise Gallien, 9 ans
126)  3 mai 1875, Aurélie Côté. 
127)  3 juillet 1875, Louis-Philippe Gravel, 3 semaines, inhumé dans l’église le 8 août
128)  30 août 1875, Louis Gariépy, 73 ans
129)  7 janvier 1876, John-Norme Blackburn, 57 ans
130)  13 juin 1876, Joséphine-Hortense Côté, 18 ans
131)  1 juillet 1876, Onésime Gravel, 54 ans. 
132)  21 septembre 1876, Euphrosine Dumontier, 76 ans
133)  20 novembre 1876, Julienne Michel, 54 ans
134)  25 novembre 1876, Joseph-Simon Gravel, 84 ans
135)  10 mars 1877, Marie Sophie Rhéaume, 23 ans
136)  14 juin 1877, Pierre Jobidon, 70 ans.
137)  24 septembre 1877, Françoise Bélanger, 79 ans. 
138)  5 décembre 1877, Élizabeth Trudel, 70 ans.
139)  24 décembre 1877, Marguerite Mercier, 69 ans.
140)  8 mai 1878, Olive Poulin, 58 ans.
141)  27 septembre 1878, Marie-Alsida Gravel, 4 ans et 6 mois.
142)  10 décembre 1878, Vincent Cloutier, 60 ans. 
143)  4 janvier 1879, Sophie Trépanier, 57 ans.
144)  17 janvier 1879, Julie Morel, 69 ans.
145)  27 février 1879, Félix Côté, 54 ans.
146)  8 mars 1879, Ange-Sophie Rhéaume, 75 ans.
147)  2 septembre 1879, Emma Duchesnay de St-Denis, 52 ans. 
148)  14 novembre 1879, Pierre Giroux, 90 ans.
149)  13 décembre 1879, Jacques Plante, 62 ans.
150)  23 Novembre 1880, Marie-Anne Lemoine, 27 ans.
151)  25 avril 1881, Marie-Scholastique Tremblay, 27 ans.
152)  28 juillet 1881, Basilice St-Hilaire, 58 ans.
153)  12 septembre 1881, Josephte  Cloutier, 68 ans.
154)  26 octobre 1881, John-Fraser Blackburn, 34 ans.
155)  15 novembre 1881, Zacharie Cloutier, 84 ans.
156)  19 novembre 1881, Eléonore Cazeau, 56 ans.
157)  14 janvier 1882, Flavie Gallien, 61 ans.
158)  19 janvier 1882, Jean Dorion, 76 ans.
159)  25 mai 1882, Louise Mathieu, 56 ans.
160)  4 septembre 1882, Pierre-Célestin Rancourt, 2 mois
161)  20 décembre 1882, Euphrosine St-Hilaire, 91 ans.
162)  2 janvier 1883, Prisque Rhéaume, 82 ans.
163)  16 avril 1883, Célestine Tremblay, 22 ans.
164)  17 mai 1883, Abraham Verreau, 66 ans.
165)  5 juin 1883, Jacques Huot, 60 ans.
166)  7 juillet 1883, Marie Rhéaume, 75 ans.
167)  9 juillet 1883, Émilie Simard, 55 ans.
168)  12 août 1883, Louis Simard, 72 ans.
169)  25 octobre 1883, Émérance Gravel, 76 ans.
170)  10 novembre 1883, Emma Gariépy, 24 ans.
171)  23 novembre 1883, Marie-Euphémie Gravel, 25 ans.
172)  8 décembre 1883, Jos.-Elzéar Hector Gariépy, 18 mois.
173) 16 février 1884, Marie-Célina Jobidon, 46 ans.
174)  1 mars 1884, François Lambert, 85 ans.
175)  8 avril 1884, Luce Giguère, 26 ans.
176)  9 avril 1884, Jean Cloutier, 73 ans.
177)  26 juin 1884, Sophie Trépanier, 60 ans.
178)  20 août  1884, Joseph-Alfred Rancourt, 11 mois et 25 jours.
179)  23 septembre 1884, Marguerite Gravel, 85 ans.
180)  24 décembre 1884, Joseph Vézina, 88 ans.
181)  16 janvier 1886, Ide Girard, 61 ans.
182)  25 janvier 1886, Louise Jobidon, 67 ans.
183)  28 avril 1886, François Verreau, 77 ans.
184)  1 septembre 1886, Moïse Poulin, 68 ans.
185)  4 octobre 1886, Appoline Tremblay, 30 ans.
186)  3 novembre 1886, Marie Thibault, 83 ans.
187)  20 décembre 1886, Joséphine Cazeau, 41 ans.
188)  21 décembre 1886, Zéphirin Rhéaume, 4 ½   mois.
189) 3 mai 1887, Marie-Louise Laplante, 3 semaines.
190)  6 août 1887, Pierre H. Rancourt, 6 semaines.
191)  4 novembre 1887, Juline Jobidon, 76 ans.
192)  27 décembre 1887, Agathe Mercier, 88 ans.
193)  27 janvier 1888, Blanche Dick, 9 ans.
194)  11 mai 1888, François Giguère, 50 ans.
195)  14 juin 1888, Robert Lemoine, 72 ans. 
196)  21 juin 1888, Cazimir Fortin, 72 ans.
197)  24 juillet 1888, Michel Robitaille, 86 ans.
198)  24 août 1888, Alexis-Adélard Rhéaume, 8 mois.
199)  29 octobre 1888, Pierre Cauchon, 67 ans.
200)  29 octobre 1888, Philomène Giguère, 34 ans.
201)  3 novembre 1888, Joséphine Gallien, 23 ans.
202)  19 novembre 1888, Thomas Gagnon, 76 ans.
203)  14 février 1889, Marie-Louise Côté, 27 ans.
204)  4 avril 1889, Pierre Côté, 70 ans.
205)  8 avril 1889, Louise Gravel, 59 ans.
206)  7 juin 1889, Charles Rhéaume, 34 ans. 
207)  29 juillet 1889, Joseph-Hector Cloutier, 29 ans.
208)  27 septembre 1889, Joseph-Octave Rhéaume, 59 ans.
209)  6 octobre 1889, Marie-Joséphine Cauchon, 5 mois.
210)  6 novembre 1889, Félicité Gravel, 68 ans.
211)  20 janvier 1890, Sophie Gariépy, 60 ans.
212)  1 avril 1890, Sara-Cornélie Leroux, 36 ans. 
213)  29 mai 1890, Pierre Gravel, 66 ans.
214)  9 juillet 1890, Joseph-Narcisse Jobidon, 1 an.
215)  15 août 1890, Marie-Joséphine Laplante, 6 mois.
216)  25 août 1890, François Jobidon, 78 ans.
217)  19 septembre 1890, Césarie Crépin, 30 ans.
218)  17 octobre 1890, Jules-Edouard Jobidon, 3 ans.
219)  19 février 1891, Étienne Simard, 85 ans.
220)  15 avril 1891, Louis L’Heureux, 69 ans.
221)  22 juin 1891, François Simard, 84 ans.
222)  27 juin 1891, Charles Rhéaume, 92 ans.
223)  23 novembre 1891, Félix-Étienne Chaurnette, 89 ans.
224)  8 février 1891, Louise Taillon, 80 ans.
225)  25 avril 1892, Laetitia Giguère, 28 ans.
226)  28 mai 1892, Françoise Thibault, 85 ans.
227)  31 août 1892, Marie-Anne Dorion, 13 ans.
228)  28 novembre 1892, Marie-Clarina Rhéaume, 5 ans.
229)  8 mai 1893, Julie Rhéaume, 92 ans. 
230)  21 mai 1893, Marie-Hortense Jobidon, 15 mois.
231)  27 mai 1893, Scholastique Bédard, 76 ans.
232)  6 juillet 1893, Marguerite Jobidon, 85 ans.
233)  21 août 1893, Caroline Fillion, 60 ans. 
234)  9 septembre 1893, Marie-Josepte Laplante, 2 mois.
235)  13 novembre 1893, Marie-Philomène Cauchon, 43 ans.
236)  2 décembre 1893, Geneviève Côté, 78 ans.
237)  5 décembre 1893, Napoléon Laplante, 10 ans.
238)  9 décembre 1893, Louis-Julien Jobidon, 79 ans.
239)  11 décembre 1893, Julie Cazeau, 74 ans.
240)  19 janvier 1894, Louis-Jean-Baptiste Lemoine, 71 ans. 
241)  25 janvier 1894, Élizabeth  Caron, 93 ans.
242)  12 avril 1894, Octave Cauchon, 59 ans.
243)  23 juin 1894, Joseph Achille Pelletier, 62 ans, curé
244)  26 novembre 1895, Jos. Édouard Émile Rhéaume, 8 mois. 
245)  26 mai 1898, Léon-Michel Lambert, 60 ans, Prêtre. 
246)  21 mars 1900, Joseph Adélard Simard, 26 ans. 
247)  25 avril 1902, Joseph Théodore Trépanier, 42 ans, vicaire de Saint-Roch Qc.
248)  14 septembre 1905, Gaspard Dorion, 72 ans.
249)  21 février 1906, Domitilde Trépanier, 78 ans. 
250)  18 mai 1906, Marie-Louise Lavoie, 45 ans.
251)  7 octobre 1907, Joseph Dorion, 70 ans. 
252)  28 novembre 1907, Joseph Gariépy, 75 ans. 
253)  3 janvier 1908, Sophie Rhéaume, 79 ans.
254)  9 novembre 1909, Joseph Dorion, 47 ans.
255)  22 novembre 1911, Zéphirin Rhéaume, 62 ans. 
256)  6 décembre 1911, Siméon Dorion, 79 ans. 
257)  3 décembre 1912, Louis-Napoléon L’Heureux, 53 ans. 
258)  25 novembre 1913, Jos-Georges Rhéaume, 16 ans. 
259)  28 novembre 1913, François-Xavier Laplante, 64 ans. 
260)  27 décembre 1913, Célina Gariépy, 73 ans. 
261)  6 février 1914, Louis Rhéaume, 63 ans. 
262)  18 février 1915, Napoléon Poulin, 69 ans.  
263)  27 mars 1915, Gabriel Dick, 94 ans. 
264)  16 février 1916, Louis Jobidon, 62 ans.
265)  1 juin 1918, Marie Rhéaume, 74 ans. 
266)  15 octobre 1918, Euphémie Dion, 82 ans. 
267)  10 septembre 1920, Joseph Cazeau, 81 ans. 
268)  20 décembre 1920, Napoléon Rhéaume, 78 ans. 
269) 4 novembre 1922, Virginie Lavoie, 81 ans. 
270)  19 février 1923, Pierre Gravel, 72 ans.
271)  22 février 1923, Odile Cauchon, 56 ans.
272)  27 juillet 1923, Corinne Prémont, 38 ans. 
273) 6 septembre 1923, Alma Rancourt, 33 ans. 
274)  3 novembre 1923, Marie-Louise Vézina, 57 ans. 
275)  22 avril 1924, Jean Gravel, 88 ans.
276)  30 mai 1924, Zélia Prémont, 67 ans. 
277)  31 janvier 1925, Édouard Rhéaume, 65 ans. 
278)  3 octobre 1925, Georges Verreault, 65 ans. 
279)  26 octobre1925, Jean-Baptiste Pichette, 58 ans. 
280)  14 avril 1926, Alexis Rhéaume, 82 ans
281)  8 juillet 1926, Joséphine L’Heureux, 75 ans. 
282)  16 février 1927, Alfred Verreault, 67 ans. 
283)  12 janvier 1928, Rose de Lima Dion, 89 ans.
284)  30 mars 1928, Édouard Lacouline, 62 ans.  
285)  2 mai 1928, Jeanne Gravel, 32 ans. 
286)  10 juillet 1928, Vitaline Thibault, ?? ans, 
287)  23 juillet 1928, Joseph Prémont, 74 ans. 
288)  27 juillet 1928, François-Xavier Gagnon, 74 ans. 
289)  25 août 1928, Jean- Baptiste Prémont, 21 ans. 
290)  6 octobre 1928, François-Xavier Trépanier, 77 ans
291)  16 février 1929, Amédée Morin, 79 ans. 
292)  4 juin 1929, Juchereau de Saint-Denis Lemoine. 
293) 26 août 1929, Louise Bélanger, 75 ans. 
294)  3 septembre 1929, Philippe Trépanier, 62 ans.
295)  4 septembre 1929, Edouard Cauchon, 74 ans.
296)  12 août 1930, Joséphine Gravel, 55 ans.  
297)  24 janvier 1931, Adélaïde Cunningham, 90 ans.  
298)  23 janvier 1931, Emma Lemoine, 82 ans. 
299)  20 avril 1931, Marie Desjardins, 51 ans.  
300)  2 juillet 1931, Augustine Lemoine, 63 ans. 
301)  17 juillet 1931, Euphénie Gagnon, 83 ans. 
302)  7 novembre 1931           , Alphonse Lefrançois, 74 ans.
303)  12 avril 1932, Stanislas Poulin, 86 ans.
304)  3 juin 1932, Louis-Elzéar Dorion, 61 ans.
305)  14 juillet 1932, Joséphine Blackburn, 83 ans.
306)  25 octobre 1932, Régis Thibault, 82 ans.
307)  17 novembre 1932, J.-Baptiste Tanguay, 83 ans.
308)  29 mars 1933, Gustave Lemoine, 62 ans. 
309)  10 mai 1933, F.X. Laplante, 55 ans
310)  9 août 1933, Marie Drouin, 77 ans. 
311)  27 novembre 1933, Alice Labrecque, 55 ans. 
312)  12 mars 1934, Célina Saint-Hilaire, 75 ans. 
313)  24 avril 1934, Marie-Delphine Laplante, 82 ans. 
314)  8 janvier 1935, Abbé Pierre-Philéas Leclerc, 65 ans, curé de Château-Richer. 
315)  23 avril 1935, Hilaire Dorion, 55 ans.
316)  20 juin 1935, Marie-Louise Bouchard, 78 ans. 
317)  4 juillet 1935, Mathilde Gagnon, 70  ans. 
318)  24 septembre 1935, Joseph Martineau, 83 ans. 
319)  31 octobre 1935, Sieur Noulan Cauchon, 63 ans. 
320)  13 avril 1936, Évangéline Gravel, 55 ans. 
321)  26 octobre 1936, Louis Vézina, 71 ans. 
322)  26 novembre 1937, Léopoldine Dorion, 51 ans. 
323)  27 juin 1938, Hector Gauthier, 86 ans. 
324)  26 janvier 1940, Anna L.  Jolin, 87 ans. 
325)  2 avril 1940, Célina Tremblay, 83 ans. 
326)  8 octobre 1940, Edouard Tanguay, 64 ans.
327)  31 octobre 1940, Henri  Trépanier, 78 ans.
328)  14 décembre 1940, Élodie Bouchard, 75 ans. 
329)  6 avril 1942, François-Xavier Jobidon, 84 ans.
330)  30 mai 1942, Edouard Collin, 65 ans.  
331) 15 septembre 1942, Marie-Joséphine Gagnon, 81 ans. 
332)  18 septembre 1942, Jules Lefrançois, 77 ans.  
333)  11 janvier 1943, Joséphine Gagnon, 79 ans.
334)  16 février 1943, Caroline Cauchon, 86 ans. 
335)  7 mai 1943, Lucie-Anne Prémont, 48 ans. 
336)  13 mai 1943, Arthur Massicotte, 58 ans. 
337)  22 mai 1943, Lumina Laberge, 81 ans. 
338)  30 août 1943, Samuel Tremblay, 84 ans. 
339)  20 décembre 1943, Joseph Gagnon, 83 ans.  
340)  23 septembre 1946, Joseph Gravel, 69 ans. 
341)  22 septembre 1947, Émile Prémont, 60 ans. 
342)  27 octobre 1947, Edouard Vézina, 78 ans. 
343)  29 mars 1948, Marie-louise Mackay, 96 ans.  
344)  27 octobre 1948, Marie-Georgiana Poulin, 95 ans.  
345)  4 décembre 1948, François-Xavier Trépanier, 82 ans. 
346)  11 janvier 1949, Malvina Gravel, 76 ans. 
347)  29 mars 1949, Napoléon Rhéaume, 60 ans. 
348)  5 octobre 1949, Edmond Laplante, 71 ans. 
349)  25 mars 1950, Marguerite Louise de Saint-Denis Lemoine, 73 ans.
350)  14 août 1950, Philippe Laplante, 67 ans.  
351)  8 novembre 1950, Emma Cimon, 60 ans.  
352)  15 juin 1951, Ferdinand Simard, 81 ans. 
353)  17 juillet 1951, Xavier Poulin, 70 ans. 
354)  13 août 1951, Rodolphe Jalbert, 59 ans.
355)  26 décembre 1951, Exilia Morin, 75 ans.  
356)  5 mars 1952, Thomas-Louis Bouchard, 66 ans.  
357)  15 mars 1952, David Pichette, 53 ans.
358)  16 août 1952, Eugénie Gravel, 79 ans. 
359)  12 septembre 1952, Lucie Paré, 69 ans. 
360)  8 octobre 1952, Joséphine Gravel, 80 ans.
361)  25 avril 1953, Eugénie Gravel, 75 ans.  
362)  29 juin 1953, Joséphine Vézina, 84 ans.  
363)  21 décembre 1953, Gérard Trépanier, 58 ans. 
363)  18 mai 1954, Charles Méthot, 80 ans.
365)  25 mai 1954, Blanche Rhéaume, 60 ans. 
366)  26 mai 1954, Eugénie Verreault, 77 ans.
367)  26 octobre 1954, Wilhelmine Marquis, 72 ans. 
368)  12 février 1955, Elvina Morel, 78 ans.
369)  29 avril 1955, Marie-Louise Bouchard, 62 ans. 
370)  10 mai 1955, Rose-Hélène Maltais, 48 ans.  
371)  22 août 1955, Joseph Toupin, 82  ans.  
372)  23 septembre 1955, Albert Giguère, 74 ans.

Extrait de
Église de Château-Richer - Entre ciel et terre

Église de Château-Richer - Entre ciel et terre image circuit

Présenté par : Paroisse Notre-Dame-de-la-Nouvelle-France

Directions pour me rendre

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.