L'hôtel de ville

L'hôtel de ville

Source photo: Société d'histoire du Lac-Saint-Jean. F1000.


Épicerie Connelly

Épicerie Connelly située dans l’hôtel de ville, 1965. 

Photo : Société d’histoire du Lac-Saint-Jean. F93. 
 

Albert-Georges Naud

Albert-Georges Naud, vers 1910. 

Photo : Société d’histoire du Lac-Saint-Jean. F185.
 

Chevaliers de Colomb

Vers 1955, l'allée de quilles des Chevaliers de Colomb, au sous-sol de l'hôtel de ville d'Isle-Maligne.

Photo : Société d’histoire du Lac-Saint-Jean, F91 Krieber.
 

Pompiers d’Isle-Maligne

L'équipe des pompiers d'Isle-Maligne, en 1955.

Photo : Société d’histoire du Lac-Saint-Jean. F1000, S6, D11.
 

Hôtel de ville

Hôtel de ville d'Isle-Maligne, en 1935.

Photo : Société d’histoire du Lac-Saint-Jean. F1000, S6, D11.
 

L'hôtel de ville

Nous sommes devant l’ancien hôtel de ville d’Isle-Maligne.

Lors de la constitution de la ville d’Isle-Maligne, les réunions du conseil municipal se déroulent dans les bureaux de l’entreprise. De 1924 à 1929, les candidats aux élections municipales n’ont pas l’obligation de vivre à Isle-Maligne. Ils sont désignés par l’entreprise. C’est pour cette raison que l’assistant-secrétaire de l'entreprise, Albert George Naud, devient maire d’Isle-Maligne même s'il réside à Naudville.

L’hôtel de ville d’Isle-Maligne est construit en 1937 au coût de 38 000 $. En plus de ses fonctions municipales, le bâtiment loge, au fil des années, les bureaux de l’entreprise Saguenay Power, un bureau de poste, l’épicerie Connelly, les Chevaliers de Colomb, les pompiers et la cour municipale. Il sera aussi utilisé pour les réceptions de l’entreprise et les festivités de la ville.

Lors de la fusion d’Isle-Maligne avec Alma, en 1962, l’hôtel de ville devient la propriété de Ville d’Alma et le bâtiment perd sa vocation municipale. Il est rénové en 1969 et le gouvernement du Québec en fait l’acquisition pour loger le ministère des Travaux publics. En 1972, les bureaux de la Sûreté du Québec sont installés dans les locaux ainsi que ceux du ministère de l’Agriculture et du ministère de la Colonisation.

La composition de la façade est rigoureusement symétrique. Le bâtiment central comporte une toiture à deux versants et, de part et d’autre de l’édifice, les toits sont plats. Sur les plans originaux, un clocheton était prévu sur le faîte central du toit mais il n’a jamais été construit. On retrouve sur le bâtiment central des fenêtres à guillotine à carreaux et sur les ailes des fenêtres cintrées de même type. La porte centrale est mise en valeur par un imposant entablement ouvragé et son porche est supporté par d’imposantes colonnes en bois. Les portes latérales sont mises en valeur par des frontons ornementés. Les murs sont recouverts de brique d’argile rouge, au fini peigné, et la pose de brique en relief crée un détail ornemental à la jonction des murs et à la tête des fenêtres. L’assemblage au chaînage d’angle aux coins des murs et la brique posée en soldat au-dessus des ouvertures donnent du relief à ce bâtiment d’influence anglo-saxonne.

En 2003, la Société d’histoire du Lac-Saint-Jean, jusqu’alors située au centre-ville d’Alma, y relocalise ses services, après la restauration et l’agrandissement du bâtiment. Aujourd’hui il loge toujours l’organisme et ses trois services : le Service d’archives et de généalogie, l’institution muséale l’Odyssée des Bâtisseurs et le Service d’aide-conseil en rénovation patrimoniale (SARP).



Partager

Sur Facebook

Sur Twitter

Par Messenger


Extrait de
Circuit d'interprétation d'Alma | Isle-Maligne

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS