Université Laurentienne

Une alliance historique entre universités

En 1960, l’Université de Sudbury, l’Université Huntington et l’Université Thorneloe se sont alliées pour créer un partenariat pédagogique comme aucun autre dans le Nord.

Inspiré de la structure de l’Université de Toronto, la fédération a créé un organisme bilingue et non confessionnel (connu à l’époque en tant que Collège universitaire). L'organisme a reçu un financement gouvernemental qu’il a ensuite partagé avec les collèges confessionnels normalement inadmissibles à des fonds publics. La fédération représentait l’union des communautés locales dans le contexte du fractionnement social des francophones, anglophones, catholiques et protestants.

Le campus actuel

La fondation en 1960 de la Fédération Laurentienne a propulsé radicalement la présence de la culture francophone à Sudbury.

Aujourd’hui, à la racine même de l’enseignement supérieur dans le Grand Sudbury, les partenaires fédérés conservent des rôles historiques dans la création de l’Université Laurentienne.

Principales règles de gouvernance

L’Université Laurentienne a établi un modèle de gouvernance bicamérale comprenant notamment: 

- Un poste de vice-chancelier ou vice-chancelière francophone ayant l’autorité équivalente à celle de son homologue anglophone;

- Un Conseil des programmes francophone, qui approuve les changements aux programmes actuels et fait des recommandations au Comité de la planification académique et au Sénat en ce qui concerne la création de programmes;

- Des sections linguistiques distinctes et relativement autonomes dans certaines unités d’enseignement.

Société historique du Nouvel-Ontario

Entité autonome à but non lucratif, la Société historique du Nouvel-Ontario (SHNO) a été fondée en 1942 par les Jésuites du Collège du Sacré-Cœur. Cet important organisme voué à la préservation du patrimone préserve la mémoire de l’histoire locale, que ce soit via sa collection d’archives, ses publications et lors des conférences qu'elle tient.

Pendant huit décennies, la SHNO a maintenu la publication des monographies et des ouvrages collectifs touchant l’histoire de l’Ontario-français et du Nord de l’Ontario tout en organisant des communications et des excursions occasionnelles pour atteindre le grand public.

Centre franco-ontarien de folklore

Le Centre franco-ontarien de folklore CFOF) a été désigné en tant qu'organisme provincial de mise en valeur du patrimoine en 1972.

Le CFOF est hébergé à l’Université de Sudbury. C'est le plus ancien centre de recherche de la Faculté des arts. Nommé au départ Institut de folklore (1960), il a été créé par le Père Germain Lemieux, un jésuite qui a fait des recherches sur les traditions orales des communautés francophones du Nord de l’Ontario.

Appuyé par la Société historique du Nouvel-Ontario, ce centre détient une collection de 3 118 chansons folkloriques et de 680 légendes et récits folkloriques, cumulés de 1948 à 1972.

La Nuit sur l’étang

Cet événement annuel est le résultat du colloque Franco-Parole tenu en 1973, qui a contribué considérablement au développement et à la croissance de la culture franco-ontarienne. Après toutes les 12 lunes, les Franco-Ontariens de tous les âges s’unissent pour chanter, danser et célébrer leur héritage et leur culture.

L'événement a pris de l’ampleur, passant d’une activité locale à un événement provincial, voire national. L’organisme autonome sans but lucratif ouvre la possibilité aux artistes de se produire sur une scène professionnelle. Plusieurs franco-ontariens connus, tel Robert Paquette et CANO, ont souligné que La Nuit a été un tremplin pour leur carrière.

25 septembre 1975

Hissé pour la première fois le 25 septembre 1975 à l’Université de Sudbury, le drapeau franco-ontarien symbolise les ruptures et les continuités de l’histoire de la minorité linguistique qu’il représente.

Le drapeau fut conçu en juillet 1975 par Gaétan Gervais, un jeune professeur d'histoire à la Laurentienne, et Michel Dupuis, un étudiant en sciences politiques qui avait suivi des cours avec Gaétan, tandis que Jacqueline England d’en faire la couture.

À propos

En septembre 1975, ces trois personnes, accompagnées de Donald Obunsawin, Normand Rainville et Yves Tassé, ont formé un comité responsable du drapeau, de sa promotion et de sa distribution. Progressivement, le drapeau a été adopté par la communauté franco-ontarienne et est devenu un important symbole de l’héritage et de l’identité de l’Ontario-français et de la lutte pour les droits et l’enseignement de langue française dans la province. 

En 2014, M. Gervais a reçu l’Ordre du Canada pour souligner ses contributions à la communauté francophone. En outre, le 25 septembre 2017, la Fiducie du patrimoine ontarien a dévoilé une plaque historique à l’Université de Sudbury pour célébrer l’importance du symbole qu’est le drapeau.

Levée du drapeau

En juin 2001, la législature a reconnu officiellement ce drapeau comme emblème de la communauté francophone de l’Ontario. Le 21 septembre 2020, le Parlement ontarien a modifié la Loi de 2001 sur l’emblème franco-ontarien afin de le désigner comme un emblème officiel de l’Ontario. Le changement a reçu la sanction royale et est entré en vigueur le 24 septembre 2020.

De nos jours, on aperçoit souvent cet emblème dans les villes situées le long de la route 11, au nord de la province, où il y a plusieurs municipalités francophones ou bilingues.



Partager

Sur Facebook

Sur Twitter

Par Messenger


Extrait de
Le Grand Sudbury | La naissance du Nouvel-Ontario

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS