La maison Malcom-Mitchell

Le 219 rue Moore


La résidence Mitchell dans les années 1980

L’ancienne maison de Malcom Mitchell conserve au fil des années une intégrité architecturale satisfaisante, malgré un incendie important en 1962. Du milieu des années 1980 aux années 2000, le lieu est une résidence pour personnes retraitées. Photo : 1987.

Question de plafond

Dans l’ancienne demeure de Malcom Mitchell, les détails stylistiques sont multiples, comme ces éléments décoratifs du plafond. Photo : 1987.

De Mitchell à Howard

Le décès prématuré de Malcom Mitchell en 1935 mène à une bataille successorale. En fin de compte, la maison est vendue à la famille Armstrong (G. T. Armstrong & Sons) en 1942. En 1961, le sénateur Charles Benjamin Howard (1885-1964) en fait l’acquisition. Il y décède trois ans plus tard à l’âge de 78 ans.

Un revêtement caractéristique

Le colombage décoratif représente une des principales caractéristiques des résidences construites selon le style néo-Tudor. Pour la maison Malcom-Mitchell, les appliques de bois foncés contrastent admirablement avec le revêtement de stuc. Photo : 2001.

Texte de l'audio

Wilfrid Martin : Voici la maison de Malcom Mitchell, le fils de James Simpson Mitchell. Disons qu’il ne s’est pas trop éloigné de ses parents…

Madame : Ah oui! Le parc pour le père, et la maison familiale, entre l’église Plymouth et la maison Morey… C’est un style Néo-tudor, je me trompe?

Wilfrid Martin : C’est exactement ça madame!

Madame : Depuis quelque temps, je regarde des catalogues qui parlent d’architecture et de maisons. Avec mon mari, on s’est promené aussi un peu. On a fait un petit voyage à Montréal, il y a environ 1 mois. (Un peu gênée…) On est même allé se balader dans Outremont et Westmount… J’y ai vu plusieurs grandes maisons qui ressemblent à celles que nous avons devant nous. J’avais bien aimé. Dans mes lectures, on disait que cette architecture rappelle la campagne anglaise. C’est vrai que souvent le lien avec la nature semble tenir une place importante. Ici, ça me paraît moins évident, peut-être parce que la maison semble nouvellement construite…

Wilfrid Martin : Vous avez l’œil! En effet, la maison vient juste d’être terminée, ce qui explique sans doute que l’aménagement paysager n’est pas très avancé encore… Mais tout s’est fait assez rapidement. Monsieur Frank McCrea a vendu le terrain et la vieille maison qui y avait dessus à monsieur Mitchell en février 1930, et voilà que moins d’un an plus tard, nous avons un bel exemple de Néo-Tudor devant les yeux… C’est la firme montréalaise Perry & Luke qui en a fait les plans.

Madame : Ce que j’apprécie avec ce style, ce sont les toits et pignons à forte pente. Ça donne de la hauteur! Aussi, le fait que l’on marie la brique, la pierre et le stuc, en plus du bois des colombages décoratifs, ça donne de la personnalité, ne trouvez-vous pas?

Extrait de
Les Belles du Nord

Les Belles du Nord image circuit

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS

Directions pour me rendre