L'ancien barrage no 2 et ses alentours

Deux clients principaux pour le barrage no 2


Un barrage entre-deux

Construit en 1877 par la BALCo, le barrage no 2 dessert principalement l’usine de L. A. Grindrod et la station de pompage de la Sherbrooke Gas and Water. Situé presque à mi-chemin entre le barrage principal (« main dam ») et le barrage no 3 (centrale Frontenac), il devient inutile lors de la reconstruction de ce dernier en 1916.

La station de pompage de la SGW

La station de pompage située près du barrage no 2 est en activité de 1880 à 1908. Elle est d’abord exploitée par la Sherbrooke Gas and Water (SGW), puis par la Ville de Sherbrooke à la suite de la municipalisation des aqueducs.

Vue de la Grindrod Mill

Vers 1910, la filature Grindrod, aussi appelée la Woolen Factory (1881-1924), trône toujours à flanc de « falaise », non loin du barrage no 2. On aperçoit également à droite l’annexe de la manufacture de portes, planchers et châssis de G. G. Bryant. Après la fermeture de la filature Grindrod, le site est occupé durant plusieurs décennies par la Sherbrooke Pure Milk.

Lithographie de la haute-ville vers 1887

Vers 1887, l’artiste James Potter Keough réalise une lithographie qui représente une partie de la haute-ville, vue à partir de la rue Island. Différentes industries y sont représentées, dont la filature Grindrod, l’usine de G. G. Bryant ainsi que les usines Lomas et Paton.

Texte de l'audio

En bordure du sentier balisé, à travers les arbres se trouve… se trouve quoi, au juste? Ces vestiges d’un autre siècle en ont intrigué plus d’un au cours des dernières années. Il s’agirait d’un muret de soutien et d’ancrages ayant servi à une passerelle qui liait les deux rives, à la hauteur du barrage no 2. Tant la passerelle que le barrage n’existent plus depuis longtemps.

Dans le dernier tiers du 19e siècle, il y a trois barrages actifs entre l’embouchure de la gorge et le site actuel de la centrale Frontenac. Construit vers 1877 par la British American Land Company, ou la BALCo, le barrage no 2 est situé à environ 225 mètres en amont du barrage no 1. Il aura deux principaux clients, soit la Sherbrooke Gas and Water qui exploite une petite station de pompage, et A. L. Grindrod, qui achète une partie du barrage pour assurer l’énergie nécessaire au fonctionnement de son entreprise de textile. La Woolen Factory, ou filature Grindrod, se démarque des autres usines de lainage déjà installées à Sherbrooke. En effet, plutôt que de produire des tissus à partir de laine importée notamment d’Australie, elle carde et file la laine que lui expédient les cultivateurs de la région et même d’ailleurs au Québec. Ces derniers pouvaient ensuite récupérer du fil ou des tissus finis. La filature Grindrod est en activité jusqu’en 1924. Le lieu est ensuite repris par la laiterie Sherbrooke Pure Milk.

Pour revenir au barrage no 2, il n’en reste plus rien depuis plus d’un siècle. En effet, lors de la reconstruction du barrage no 3 en 1916, le rehaussement de celui-ci entraîne une augmentation du niveau de l’eau dans la gorge entre les deux barrages, ce qui rend les infrastructures du vieux barrage de la BALCo inutilisables. Le barrage no 2 est donc démantelé la même année.

Extrait de
D'un barrage à l'autre

D'un barrage à l'autre image circuit

Présenté par : Musée d'histoire de Sherbrooke

Directions pour me rendre

Téléchargez l'application BaladoDécouverte (pour Android et iOS) et accédez au plus vaste réseau francophone d’expériences de visites guidées en Amérique.