L'Hôtel St-Georges

L'Hôtel St-Georges

La maison, qui ne compta d’abord qu’un étage et demi, fut construite en 1859 par son propriétaire, Louis Dubé, maître menuisier.  Lorsque M. Euclide Lamoureux en devint propriétaire, en 1908, il rehaussa la maison d’un étage et la transforma en hôtel.  Salle à manger, salle de danse, rien n’y manquait.  L’Hôtel St-Georges  prit l’allure des constructions victoriennes.

Source photo : Collection Yves Lebel

Façade et salle à manger du Manoir Cacouna

Après avoir modernisé l’établissement et l’avoir rebaptisé Manoir Cacouna, en 1938, monsieur Léon Dionne continua d’y accueillir des visiteurs.

Source photo : Coll. Famille Léon Dionne. Façade du Manoir Cacouna, vers 1948, et salle à manger du Manoir, dans les années 1960.

Léon Dionne et ses ouvriers

Intéressé par la fabrication des pipes, le nouveau propriétaire aménagea, dans les hangars bâtis à l’arrière de l’hôtel, une petite manufacture qui employait une trentaine de personnes et qui resta en activité jusqu’en 1955. On y fabriquait plus de 1500 pipes par semaine.

Source photo : Coll. Famille Léon Dionne

Les familles en vacances aux cabines du Manoir

Après la guerre 1939-45, les abords du Saint-Laurent étaient plus que jamais un endroit prisé par de nombreuses familles québécoises. Les familles en vacances aux cabines du Manoir Cacouna profitaient du milieu boisé. La location de cabines, à peu de frais, leur permettait d’y passer leurs vacances. Ils y admiraient le paysage, s’adonnaient à des jeux extérieurs et se baignaient au fleuve.

Source photo : Coll. Famille Léon Dionne

Terrain de tennis du Manoir avec sa cantine

Le couple Dionne n’avait pas oublié les sportifs, puisqu’en juillet 1947, ils inauguraient un terrain de tennis non loin du petit moulin-à-vent servant à l’accueil des voyageurs. Un voisin, Louis-Philippe Perron, pendant une dizaine d’années, loua cette installation sportive de juin à septembre.  Aidé par son fils aîné Yvon, il entretenait et posait les lignes et le filet.  À la cantine, on accueillait les amateurs de sport et on louait, à l’occasion, des raquettes et des balles.  Après avoir disputé une bonne partie, les sportifs ne manquaient pas d’y commander une liqueur froide.

Source photo : Coll. Famille Léon Dionne. Terrain de tennis du Manoir Cacouna avec sa cantine, vers 1947. En arrière-plan, une vingtaine de cabines furent construites en bordure de la falaise.

Les cabines en bois rond du Manoir Cacouna

Au début des années 1940, les époux Léon Dionne et Juliette Dionne aménagèrent leur commerce.  Sur le terrain boisé, derrière leur hôtel, ils firent construire des chalets rustiques en bois rond et une salle à manger.  Quelques années après, une autre série de cabines fut ajoutée et une grande terrasse fut bâtie sur le haut de la falaise.  Cet endroit offrait un panorama exceptionnel sur le Saint-Laurent.  En bordure du chemin descendant à la plage, il y avait même des chevreuils dans un grand enclos.

Photo : Les cabines en bois rond du Manoir Cacouna, près de l’église St. James the Apostle. Source : René Pelletier (Lavoie Photo enr.), coll. Famille Léon Dionne. Dépliant de l’Hôtel et Cabines du Manoir Cacouna. Coll. Famille Léon Dionne



Extrait de
La grande randonnée

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS