Les villas cachées

Les trois villas cachées

Photo aérienne situant les trois villas cachées.

Trois villas se dissimulent sous les arbres, comme des enfants qui jouent à cache-cache en criant «Peek a Boo».  C’est d’ailleurs ce nom qu’on avait donné à la villa où notre célèbre poète, Emile Nelligan, séjournait à l’été 1896.  Des hommes d’affaires importants, magnats de l’industrie du textile et de la finance, Alexander T. Paterson, Andrew F. Gault et Donald McDougall, s’étaient fait construire des résidences d’été dans ce secteur boisé du village, sur des terrains achetés du cultivateur François X. Hudon dit Beaulieu.

Source photo:
Photo : Yvan Roy


Rockleigh Cottage, villa des Paterson

Rockleigh Cottage, villa des Paterson.

En 1867, Joseph Martin, menuisier de Cacouna, bâtit Rockleigh Cottage  pour le compte de la famille Paterson.  Il suivit les plans dressés par la firme d’architectes montréalais Hopkins & Wily. 

La villa, partiellement détruite par le feu en 1975, était alors la propriété de la famille Gibault.

Source photo:
Photo : Yvan Roy


Firwood Cottage, vers 1900

Firwood Cottage, vers 1900.

En 1872, dame Lucy McDougall chargeait François Lachance, entrepreneur de Rivière-du-Loup, de construire Firwood Cottage, une belle résidence d’inspiration régionale où sa famille séjourna pendant plus d’un siècle.

Source photo:
Photo : Mary Tudor Montizambert, coll. David Crombie


Villa des Gault - Auberge du Porc-Épic

Villa des Gault – Auberge du Porc-Épic.

Pour sa part, la villa des Gault fut bâtie en 1878.  Il semble que le bois de cette demeure ait été transporté ici par goélette.  La villa est devenue «L’Auberge du Porc-Épic» en juillet 1994.

Ces trois villas cachées, maisons d’été d’allures différentes, sont de conception identique puisqu’elles s’harmonisent toutes bien avec la nature.  Les trois entrées principales font face au fleuve et des portes-fenêtres ouvrent sur de grandes galeries.


Source photo:
Photo : Yvan Roy


Kiosques et cabines de bain

Kiosques et cabines de bain.

Comme c’est le cas pour la plupart des villas de l’époque, on trouve des kiosques au bord de la falaise offrant une vue sur la mer et des cabines de bain en bordure de la plage.

Source photo:
Kiosque : Mary Tudor Montizambert, coll. David Crombie
Plage et cabines de bain : Archives Nationales du Québec, Fonds Livernois (P560/N-675-42)




Extrait de
La grande randonnée

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS