Montrose

La construction de la villa Montrose en 1900

La construction de la villa Montrose par l’entrepreneur de Lévis, Jos Gosselin, en 1900.

Le climat, la végétation et, particulièrement, les falaises de Cacouna rappellent l’Écosse.  C’est peut-être ce qui amena la famille Allan, d’origine écossaise, à adopter Cacouna comme lieu de villégiature.  Dès 1865, Andrew Allan commença à séjourner ici pendant l’été et son fils, Andrew Alexander, ne tarda pas à l’imiter.  En 1900, sir Montagu Allan, fidèle à la tradition établie par son oncle et son cousin, décida de se faire construire une prestigieuse résidence d’été de style géorgien qu’il baptisa Montrose.

Source photo:
Stanislas Belle, coll. Maison de Prière le Cénacle


La villa Montrose après les modifications de 1913

Montrose après les modifications de 1913.

Cette résidence d’été de style néogeorgien rappelle l’architecture des demeures anglaises du 18e siècle, qui fut aussi très populaire aux États-Unis.  Elle revêt un caractère particulier à cause de ses nombreux toits en croupe et de la richesse de ses ornementations.  Son entrée principale est parée d’une imposte semi-elliptique et surmontée d’une fenêtre palladienne décorative.  C’est un entrepreneur de Lévis, Jos Gosselin, qui exécuta les travaux.  La villa Montrose fut transformée, en 1913, selon les plans dressés par la firme d’architecte Hogle & Davis, de Montréal, puis modifiée en 1942 par les pères capucins.

Source photo:
Lavoie photo Enr. Rivière-du-Loup, coll. Maison de prière le Cénacle


La Allan Line et ses Royal Mail Steamers

Publicité de la Allan Line pour ses Royal Mail Steamers

La famille Allan a joué un rôle important dans l’économie canadienne, en développant le transport maritime.  En 1882, sir Montagu hérita de la majorité des parts de la Allan Line, compagnie fondée par son père, sir Hugh, et son oncle.  Cette compagnie transportait passagers et marchandises, sans oublier la Royal Mail, du Canada à la Grande-Bretagne et vice versa.  En 1890, la flotte Allan comptait 32 transatlantiques.


Ravenscrag et Montrose, avec Lady Allan, hôtesse

Ravenscrag, somptueuse demeure des Allan à Montréal, et Montrose, avec son hôtesse, Lady Allan

À Montréal, les Allan recevaient de nombreux invités de marque dans leur somptueuse demeure, Ravenscrag.  À Montrose, Lady Allan organisait une ronde de réceptions et de concerts qui l’amenait à embaucher une vingtaine de domestiques.  Son époux et elle accueillirent notamment quatre gouverneurs généraux du Canada, dont  le vicomte Wellington, en 1929 et Lord Bessborough, en 1932.

Source photo:
Ravenscrag : L’Opinion Publique, 12 décembre 1872, p.594
Montrose : Lavoie photo Enr. Rivière-du-Loup, coll. Maison de prière Le Cénacle


Tournoi de tennis à la villa Montrose, vers 1930

Des joueurs de tennis échangeant des balles lors d’un tournoi à la villa Montrose, vers 1930.

Les visiteurs pouvaient jouer au tennis sur gazon, déambuler à travers les parterres fleuris, emprunter les sentiers ombragés ou se promener sur la plage.  Ils pouvaient également pratiquer le golf et participer aux courses de chevaux organisées au village.

Source photo:
Photo: Mary Tudor Montizambert, coll.  David Crombie


1915, tragédie maritime du Lusitania

En 1915, Anna et Gwendolyn Allan ont péri dans la tragédie maritime du Lusitania.

Le bonheur de cette famille aisée fut assombri par la Première Guerre mondiale.  En effet, madame Allan et ses deux filles se trouvaient à bord du transatlantique Lusitania de la ligne Cunard lorsqu’il fut torpillé par un sous-marin allemand, en 1915.  Malheureusement, Anna et Gwendolyn se noyèrent et leur mère fut gravement blessée.  Deux ans plus tard, la fatalité les frappa à nouveau.  Leur fils Hugh, pilote de chasse pour l’aviation britannique, fut abattu au cours d’une mission au-dessus des lignes ennemies.  Les Allan commencèrent alors à espacer leurs séjours à la campagne.

Source photo:
Coll. Maison de prière Le Cénacle


Monastère des Capucins, 1941 et Le Cénacle, 1980

Monastère et noviciat des Capucins, 1941 et Maison de prière Le Cénacle, 1980.

En 1941, les franciscains capucins achetèrent Montrose et en firent un monastère et noviciat placé sous le patronage de saint Laurent de Brindes.  Depuis 1980, l’institution continue sa vocation comme maison de prières et de ressourcement, pour toutes les personnes en recherche de paix et d’intériorité, à l’intérieur d’une nouvelle corporation appelée Maison de prière Le Cénacle.

Source photo:
Photo: Yvan Roy


Les villas aux limites ouest de Cacouna

Photo aérienne situant les villas aux limites ouest de Cacouna.

En 1873, à l’ouest de Cliff Cottage (1865) et de Montrose (1900), Mme William Walker, veuve d’un conseiller législatif du Bas-Canada, fit bâtir une villa baptisée Woodside pour accueillir sa famille et, notamment, sa fille Mary Jane épouse de Frederick Montizambert qui devint médecin-chef de la Quarantaine sur la Grosse-Ile en 1869. Cette résidence a été débâtie en 2012.
Deux ans plus tôt, en 1871, sir George A. Drummond avait fait bâtir la villa Gads Hill, un peu plus à l’ouest. Cofondateur de la Canada Sugar Refining Company, le sénateur Drummond était très influent. Il fut aussi président de la Banque de Montréal et administrateur de nombreuses compagnies.

Source photo :
Photo : Yvan Roy


Les bains de mer à Cacouna

Les bains de mer à Cacouna

Un autre estivant, le docteur George W. Campbell,  était un chirurgien réputé qui fut doyen de la faculté de médecine de McGill College, de 1860 à 1882.  Selon l’édition de septembre 1870 du journal L’Opinion publique, c’est le récit de la guérison de son épouse, après un séjour à Cacouna dans les années 1840, qui fit du village une station balnéaire très recherchée.  Certaines de ces résidences d’été sont construites sur le territoire de la paroisse Saint-Patrice, mais leurs propriétaires venaient pleinement profiter de la « saison des bains » à Cacouna.

Source photo :
Entête : journal L’Opinion publique, 1871
Publicité : journal Le Canadien, 1866
Gravure : Edward Jump, Canadian Illustrated News, 14 septembre 1872




Extrait de
La grande randonnée

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS