Le ruisseau est animé

Importance du ruisseau


Le populage des marais

Avec la fonte de la neige et les pluies printanières, l’eau du ruisseau au marais est abondante et précieuse pour plusieurs plantes printanières. Le populage des marais pousse bien dans ses lieux humides et ouverts et y forme souvent de larges massifs. On le reconnaît facilement à ses larges feuilles épaisses et luisantes, en forme de cœur, et à ses fleurs d’un jaune vif.

(Photo: Le populage des marais


L’iris versicolore

L’iris versicolore est typique des milieux très humides. Il aurait été choisi comme emblème floral du Québec en raison  de la faveur populaire, de la singularité de sa spectaculaire  fleur violette rayée finement de jaune et blanc, de son abondance et de sa vaste répartition  dans tout le Québec habité. Remarquez ses feuilles étroites et dressées.

(Photo: Iris versicolore)


Les fougères

Bien des fougères se plaisent dans les sols humides, et elles sont abondantes sur le territoire. Au printemps, plusieurs espèces émergent en couronne, d’abord roulées en crosses, puis étalant leur feuillage au fur et à mesure que la saison progresse. Les crosses de la matteucie fougère-à-l’autruche  d'Amérique, aussi appelées têtes-de-violon, sont parmi les premiers légumes frais que l’on peut déguster au printemps. Prenez note que leur cueillette est interdite sur notre territoire, comme celle des autres plantes.

En plus de la matteucie fougère-à-l’autruche , vous pourrez observer au marais plusieurs autres espèces de fougères : notons la spectaculaire osmonde royale et l’onoclée sensible, facile à reconnaître grâce à ses frondes fructifères, visibles même après l’hiver.

(Photo: Matteucie fougère-à-l'autruche d'Amérique)


Des vignes au marais: La vigne des rivages

Dans les secteurs assez humides du marais, nous trouvons des plantes grimpantes dont l’étalement  est parfois spectaculaire. La vigne des rivages et la Parthénocisse   à cinq folioles attireront votre regard en cours de promenade avec des tiges pouvant atteindre plusieurs mètres de longueur.

Au printemps, la vigne des rivages sera la première des deux espèces à  fleurir. En mai et juin, elle offre des fleurs blanches à jaunâtres qui forment une grappe composée. Ses feuilles sont simples et alternes, opposées aux vrilles et aux grappes.

(Photo: La vigne des rivages avec ses fruits)


La parthénocisse à cinq folioles

La  parthénocisse à cinq folioles a une floraison plus tardive. Comme son nom l’indique, sa feuille composée possède cinq folioles. Ses vrilles se terminent chacune par une ventouse. À l’automne, on admire son feuillage d’un rouge remarquable.

Vous observerez, sur les tiges des vieux sujets, que l’écorce de ces deux plantes s’effiloche en lanières.

Il est étonnant de voir la capacité de ces plantes à grimper avec leurs vrilles et leurs ventouses . Qu’en est-il des raisins de ces vignes? Alors que le fruit de la vigne des rivages est comestible pour les humains, celui de la parthénocisse à cinq folioles ne l’est pas et serait plutôt toxique. Prudence! Laissons les oiseaux gérer la récolte!

(Photo: Parthénocisse à cinq folioles)


Difficiles à trouver ces vignes!

Les plantes grimpantes, comme les vignes, sont des vraies expertes en camouflage. Constatez-le par vous-même en cherchant les vignes sur cette photo.


Les nids de parulines

La plupart des parulines nichent dans les arbres et arbustes feuillus, ainsi que sur les branches de conifères. Certaines nichent plutôt sur le sol, dans la végétation, souvent sous un buisson. Le nid de chaque espèce est un chef-d’œuvre de construction qui comprend divers types de matériaux entrelacés : fibres végétales, poils d’animaux, plumes, lichens, et chatons de saules et de peupliers. Ces derniers éléments servent surtout à tapisser l’intérieur du nid pour conserver la chaleur des œufs lorsque la femelle s’absente.

(Photo: Paruline à flancs marrons)


La paruline jaune

La paruline jaune est la plus abondante au marais. Elle occupe, outre la bordure végétale de la digue, les prés broussailleux à l’ouest et à l’est de la digue, dominés par les saules et les aulnes. Son plumage est surtout jaune, avec un peu de verdâtre sur le dos. Le mâle a la poitrine rayée de marron. Sur son territoire, le mâle répète son chant vif et agréable. Le nid est construit dans les basses branches d’un arbuste, à environ un mètre du sol. L’arrivée de la paruline jaune au printemps se fait à la mi-mai, et sa migration d’automne débute tôt au mois d’août. Elle hiverne du Mexique au Pérou.

(Photo: Paruline jaune mâle)


Le chant de la paruline jaune


La paruline masquée

La paruline masquée est la seconde paruline en importance au marais. Elle occupe les fourrés et broussailles humides au pourtour de la digue. Le mâle, reconnaissable par son masque noir et sa gorge jaune, répète un chant rapide et très distinctif à toute heure du jour, souvent jusqu’à la fin juillet. La femelle, plus discrète, ne possède pas de masque noir; elle a la gorge jaune et un manteau brun olive. Cette paruline construit son nid sur le sol, dans la haute végétation, souvent sous un arbuste. Au printemps, elle arrive à la mi-mai, et sa migration d’automne commence vers la fin d’août.

(Photo: Parulines masquées, mâle à gauche et femelle à droite)


Le chant de la paruline masquée


La paruline flamboyante

La paruline flamboyante est l’une des plus jolies à fréquenter nos forêts. Le mâle aime étaler sa queue et incliner ses ailes vers le bas afin de mettre en évidence les taches orange vif sur son plumage noir. Par contraste, la robe de la femelle est brun olive avec des taches jaunes sur les ailes et la queue. Le chant du mâle comprend plusieurs gammes complexes qui mettent les observateurs en déroute. La femelle construit son nid dans la fourche d’un arbuste feuillu, tout près du sol. Cette espèce fréquente surtout les forêts de jeunes feuillus, de mai à septembre.

(Photo: Paruline flamboyante femelle)


Le chant de la paruline flamboyante




Extrait de
Les saisons au marais Provancher - le printemps

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS