L'auberge de Jean-Louis Aubert

L’auberge de Jean-Louis Aubert (1926)

181, rue Morin

Jean-Louis Aubert et sa femme Amanda Beaudoin arrivent à Sainte-Adèle en 1903. En 1927, sa femme achète, des commissaires d’écoles de la municipalité de la paroisse, l’ancienne école et maison du village pour en faire une auberge.
Monsieur Aubert transforme son hôtel en magasin général. Jean-Louis Aubert s’implique dans la vie municipale et en devient le secrétaire-trésorier en 1920 et en 1926.

L’auberge continue d’offrir ses services, au moins jusqu’en 1973, puisque l’on peut lire sur une annonce parue à l’époque:

« Commerce à vendre. Restaurant Auberge du Croissant rue Morin, Ste-Adèle-en-Haut au coin de la rue du Chantecler. Bon chiffre d’affaires, très grand stationnement. Au deuxième étage appartement pour proprios plus de dix chambres assurant un revenu très intéressant. Prix d’aubaine, … ».  - Journal des Pays-d’en-Haut, 12 avril 1973

Par la suite, d’autres restaurants s’y installent au fil des ans, dont La bruyère, Le petit Nantais. Situé à l’angle du chemin Chantecler, le bâtiment conserve depuis sa construction son toit asymétrique à diverses élévations.

Crédit: Société d’histoire et de généalogie des Pays-d’en-Haut



Extrait de
Histoire & Patrimoine | Sainte-Adèle des Pays-d'en-Haut

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS