Maison du Dr. Wilfrid Grignon

La maison du Dr. Wilfrid Grignon

La maison du 176-184, rue Morin.

Né à Saint-Jérôme en 1854, Wilfrid Grignon fait ses études au séminaire de Sainte-Thérèse. C’est en 1868 qu’il rencontre François Xavier Antoine Labelle, nouveau curé de Saint-Jérôme et voisin d’en face des Grignon. Tout comme ses deux frères, Wilfrid Grignon devient médecin et il s’installe à Sainte-Adèle en 1878.

Il achète alors du menuisier Odile Biroleau dit Lafleur cette demeure au coin des rues Saint-Hyacinthe (aujourd'hui Morin) et Morin (aujourd'hui Beauchamp). Avec son épouse Eugénie Baker, ils y élèvent leurs nombreux enfants dont Claude-Henri, le plus jeune.

Impliqué dans sa communauté, le bon docteur Grignon occupe tour à tour les postes de maire de Sainte-Adèle de 1886 à 1891, préfet du grand comté de Terrebonne, commissaire aux permis de boisson et autres. Le Dr Grignon œuvre à la venue du Train du Nord qui entre en gare en 1891. Il joue un rôle déterminant dans la venue des Papiers Rolland à Sainte-Adèle.

En 1904, la compagnie de téléphone Bell installe, dans la maison du docteur, le premier central téléphonique au nord de Saint-Jérôme. On comptait 11 abonnés.  Wilfrid Grignon, toujours au tournant du siècle, fait construire à ses frais l’aqueduc pour fournir l’eau courante à une quinzaine de résidents en haut du village.
Esprit rigoureux, Wilfrid Grignon met sur pied une ferme expérimentale à Sainte-Adèle. Il y mène des recherches sur les races chevalines et sur les vaches laitières.

Après le décès du médecin survenu en 1915, la maison est vendue à Joseph-Honorius Beauchamp. Elle demeure dans la famille Beauchamp jusqu'en 1976. La propriété connaît divers usages à travers le temps, dont le bureau de poste de Sainte-Adèle-en-haut, la célèbre boutique de fleurs de madame Hudon, la boutique d’artisanat de Françoise Lambert, la Banque canadienne nationale, un salon mortuaire en plus de servir, de logis à l’étage.

176-184, rue Morin

La Banque canadienne nationale
Société d’histoire de Rivière-du-Nord

176-184, rue Morin - Détails

À l’origine, un avant-toit couvrait la galerie qui parcourait toute la façade. Lorsque l’on regarde du côté de la rue Beauchamp, on observe qu’elle n’a pas la même profondeur que les maisons mitoyennes ajoutées par la suite, du côté ouest.  La maison du docteur Grignon « s’allongeait à mesure que le nombre de ses enfants augmentait ! [1]». On peut toutefois constater l’unicité esthétique et architecturale de ces maisons en rangée avec ses magnifiques galeries et ses dentelles décoratives.

[1] Gobeil, Francine, Sur les chemins de l’histoire des Laurentides, Conseil régional de la culture des Laurentides, 1984.

Wilfrid et Claude-Henri Grignon (1895)

Photo : Pierre Grégoire



Extrait de
Histoire & Patrimoine | Sainte-Adèle des Pays-d'en-Haut

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS