Fort George

Richard Pierpoint : Un Loyaliste Noir

Pierpoint est né à Bondu, un état nation à ce qui est aujourd’hui Sénégal, en Afrique et a été élevé comme musulman.  Il fut capturé lorsqu’il avait environ 16 ans et a traversé l’Océan Atlantique par bateau aux Treize Colonies, où il a été acheté et mis en esclavage par un soldat militaire. Lorsque la Guerre d’Indépendance Américaine a débuté, il s’inscrit sur le côté Britannique dans Butler’s Rangers, une force de combat loyaliste réussie qui était stationnée à Fort Niagara. Pour son service à la Couronne, Pierpoint fut accordé sa liberté et a obtenu une concession de terre de 200 acres (81 hectares) au Comté Grantham, ce qui est aujourd’hui St. Catharines.  

Durant la Guerre de 1812 il s’est levé pour se battre une autre fois en présentant une pétition au gouvernement provincial colonial pour « rassembler un Corps d’Hommes de Couleur sur la Frontière du Niagara. » 

Longtemps après la Guerre de 1812 fut terminée, Pierpoint a reçu une autre concession de terre de 100 acres, cette fois à Fergus, Ontario (Comté de Wellington).  A cette période, il était très vieux et ne voulait pas entreprendre le travail pénible de développer la terre. Il était appauvri, comptant sur ses amis et ses voisins pour soutien. En 1821 il a adressé une pétition à Monsieur Peregrine Maitland, le Lieutenant-Gouverneur du Haut-Canada, demandant au lieu de sa concession de terre de 100 acres pour son service militaire, qu’il reçoive des fonds pour qu’il puisse retourner à son pays d’origine, à Bondu. Malheureusement, sa demande a été rejetée. Il a vécu sur sa propriété à Fergus pour plusieurs années, recevant d’aide de d’autres colons Noirs dans la région. Nous croyons qu’il était dans la région du Niagara durant les mois d’hiver où il avait plusieurs amis et où les hivers n’étaient pas si rigoureux. En 1828, à environ l’âge de 84 ans, il a rédigé ses dernières volontés et a élaboré son testament, signant son nom avec un
« x ».  

Richard Pierpoint, également connu sous le nom « Pawpine » ou « Capitaine Dick », est décédé vers la fin de 1837 ou au début de 1838. Il était un membre respecté de la communauté Noire et était bien connu partout dans la province comme un aîné, un ancien combattant, un colon et un « griot » (ou un conteur vénéré). Il est mort très loin de sa chère terre natale à laquelle il rêvait retourner.  

Le Corps de Couleur

A l’âge de 68 ans, Loyaliste Noir Richard Pierpoint a adressé une pétition au gouvernement provincial colonial «pour constituer un Corps d’Hommes de Couleur sur la Frontière du Niagara» au début du conflit en juillet 1812. La suggestion a tout d’abord été rejetée, mais en octobre les forces armées ont décidé de considérer la suggestion de Pierpoint. En octobre le Corps de Couleur fut formé sous la direction d’un officier blanc, Capitaine Robert Runchey.  

Environ 55 hommes Noirs se sont enrôlés, y compris Pierpoint. Plusieurs étaient des Loyalistes Noirs qui avaient reçu leur liberté pour leur service dans l’armée Britannique durant la Révolution Américaine et certains étaient esclaves qui ont fui pour servir. Ils craignaient qu’une victoire Américaine les placeraient encore une fois dans les menottes horribles de l’esclavage.  

Le Corps de Couleur a contribué à une victoire Britannique à Queenston Heights. Ils ont également participé quant aux réparations de Fort George et de Fort Mississauga suite aux attaques Américaines. Ils étaient connus comme de très bons combattants, mais aussi comme des bons « axemen » et vers la fin de leur service, ils ont aidé à construire le Fort Mississauga et à réparer autres installations militaires.  

Plaque de Ceinture Butler’s Rangers

Voici un exemple d’une plaque de ceinture «épée» d’un Officier, coulé dans du laiton. C’est d’un membre de Butler’s Rangers, la même unité militaire dans laquelle Richard Pierpoint s’est enrôlé. Il fut reconnu pour son service dans Butler’s Rangers toute sa vie.  

Pétition de Richard Pierpoint le 21 juillet 1821

Ci-dessus est la pétition envoyée par Richard Pierpoint au Lieutenant-Gouverneur Sir Peregrine Maitland demandant son aide pour retourner en Afrique. Ci-dessous vous trouverez une transcription de la lettre complète:  

Très humblement je Présente,  
Que le Pétitionnaire de Votre Excellence est natif de Bondon en Afrique; qu’il fut transporté en Amérique environ l’année 1760 et a été vendu à un officier Britannique; qu’il a servi sa Majesté durant la Guerre Révolutionnaire Américaine dans un Corps appelé Butler’s Ranger’s; et encore durant la dernière guerre Américaine dans un Corps du Couleur formé sur la Frontière du Niagara. Le Pétitionnaire de Votre Excellence est maintenant âgé et sans propriété qu’il trouve c’est difficile à obtenir un emploi par son travail; qu’il est désireux par-dessus toute chose de retourner à son pays natal; que le Gouvernement de Sa Majesté voudrait bien lui accorder une mesure de redressement; il souhaite si possible l’offre des moyens d’aller en Angleterre et de là à une Colonie près de la Gambie ou des fleuves Sénégal, d’où il pourrait retourner à Bondon. 
 
Le Pétitionnaire de Votre Excellence vous demande humblement que Votre Excellence voudrait bien prendre sa cause en considération avec bienveillance et ordonner que ces mesures soient prises qu’il soit envoyé comme Votre Excellence voudrait bien ordonner.  

Et votre humble Pétitionnaire comme devoir priera sa  
Richard X Pierpoint 
marque  

Source : Pétition de Richard Pierpoint le 21 juillet 1821  © Gouvernement du Canada. Reproduite avec l’autorisation de Bibliothèque et Archives Canada (2019).  Bibliothèque et Archives Canada/ RG5-A1, Vol.53, 26441-26443.  



Extrait de
Voices of Freedom | Histoire des Noirs à Niagara-on-the-Lake

Voyez le circuit complet avec l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iOS