Saint-Joseph-de-Beauce | Circuit de la MRC Robert-Cliche



À / Près de :

Saint-Joseph-de-Beauce

Langue :  

français

Transport suggéré :

   foot     

Parcours :  

6,30 km

Points d'intérêt :  

12

Appréciation :  

full starfull starfull starempty starempty star

Public cible :  

tous

Accessibilité :

  • En permanence, à l’année
disableddeaf

Présenté par

Ville de Saint-Joseph-de-Beauce


Recommander ce circuit





Saint-Joseph-de-Beauce | Circuit de la MRC Robert-Cliche

Description


Ce circuit vous offre de découvrir les principaux attraits de la plus ancienne paroisse de la Beauce, Saint-Joseph-de-Beauce, et de les situer géographiquement.

Les origines de Saint-Joseph-de-Beauce remontent à l’époque de la Nouvelle-France, alors que la seigneurie de Saint-Joseph est concédée au capitaine de la marine Pierre Rigaud de Vaudreuil en 1736. Cependant, c’est à son beau-père Joseph Fleury de la Gorgendière (1676-1755) que l’on doit l’établissement d’une véritable seigneurie, à la suite d’un échange avec Rigaud, le 8 décembre 1737. Joseph Fleury de la Gorgendière fut un agent de la Compagnie des Indes occidentales et un riche négociant de la place Royale. Il était l’époux en secondes noces de Claire Jolliet, fille de l’explorateur Louis Jolliet. Joseph Fleury de la Gorgendière s’est occupé activement de la colonisation de sa seigneurie. Il installe les premiers colons à Saint-Joseph, puis y fait construire un moulin à farine et une chapelle. Saint-Joseph est érigée canoniquement en 1835 et civilement en 1842. Elle sera reconnue comme municipalité en 1845, puis, obtiendra le statut de village en 1864.  

Saint-Joseph s'est profondément transformé depuis sa désignation de chef-lieu judiciaire de la Beauce en 1857, surtout suite à la construction du palais de justice entre 1859 et 1862. Une forte croissance de la population, la venue de professionnels et d’employés de service et l’installation de nouveaux commerces et artisans, tels que selliers et charrons, sont autant d’effets engendrés par l’implantation du palais de justice. 

L’effervescence économique de l’époque permet la construction d’une église, d’un presbytère, d’un couvent, d’un orphelinat et d’un collège, tous construits sur la terre de la fabrique. Cette prospérité incite les notables et les commerçants de l’époque à construire de prestigieuses résidences dotées d’un environnement paysager exceptionnel.

Le village obtient son statut de ville en 1965. La municipalité, soucieuse de protéger son patrimoine immobilier, a fait réaliser un premier inventaire architectural en 1991 afin d’éviter que certaines de ces maisons soient transformées ou même démolies. En 1999, un programme d’aide financière à la restauration des bâtiments patrimoniaux a incité les propriétaires à les restaurer assurant ainsi la préservation et la mise en valeur du patrimoine bâti de la municipalité. En 2001, un second inventaire a permis d’identifier d’autres propriétés d’intérêt localisés dans le secteur rural de la ville.

Sources
Livre L'ensemble institutionnel et le palais de justice de Saint-Joseph-de-Beauce, Daniel Carrier, historien de l'art. Autre : Denis Laroque (2006)

Aperçu de la carte et des points d'intérêt

Ce contenu est disponible pour les utilisateurs de l'application seulement.
Vous devez utiliser une tablette ou un téléphone intelligent pour y accéder.
  1.  

    1. Présentation générale de la ville

  2.  

    2. Vue sur la vallée de la Chaudière

  3.  

    3. Le Musée Marius-Barbeau

  4.  

    4. Le cœur institutionnel paroissial

  5.  

    5. La halte Desjardins

  6.  

    6. Circuit patrimonial additonnel

  7.  

    7. Le palais de justice

  8.  

    8. Voyage visuel à travers le temps

  9.  

    9. Le théâtre de l'hôtel de ville

  10.  

    10. Parc des générations

  11.  

    11. Le parc municipal

  12.  

    12. La rivière Chaudière

Pour voir le circuit complet, télécharger l'application BaladoDécouverte gratuite pour Android et iPhone/iPad

mobile devices

Commenter

Partager

Sur Facebook

Sur Twitter

Sur Google+

Par email